La maison représente le milieu où le taux de menace pour l’enfant est le plus élevé, soit 59 % de l’ensemble des signalements adressés aux délégués à la protection de l’enfance, suivie des lieux publics, à savoir la rue avec 17%, ensuite les établissements scolaires 13%, a indiqué vendredi Mehyar Hamadi, délégué général à la protection de l’enfance. 

Les parents, ou l’un des deux, représentent 68 % des sources de menace, a ajouté M. Hamadi. 

Intervenant lors d’une conférence de presse consacrée aux statistiques des délégués à la protection de l’enfance durant 2018, M. Hamadi a rappelé que les délégués ont reçu, durant 2018, 17.449 signalements, dont 580 enfants avaient fait objet de plus d’un signalement.

M. Hamadi a précisé que le manque d’attention et de communication occupe la première place avec 3.655 signalements, suivi du mauvais traitement répétitif avec 2.867 et l’exploitation sexuelle avec 1.027. Quant au nombre de signalements concernant les enfants nés hors mariage il est de l’ordre de 331 durant l’année précédente, indique la même source.

Les filles représentent un taux de 48% de l’ensemble des signalements adressés aux délégués à la protection de l’enfance durant 2018 (8.386 signalements) contre 52 % concernant des garçons (9.063.)

Le taux des signalements le plus important porte sur des enfants en bas âge (de 0 à 5 ans) soit un taux de 26%, de 9 à 12 ans avec un taux de 25% et des adolescents (13 à 15 ans) représentant un taux de 31%.

M. Hamadi a rappelé que 3.079 cas ont été pris en charge. 57% des signalements parvenus aux délégués à la protection de l’enfance ont été faits par des parents, à savoir 35% de la part de la mère et 22% par le père, contre un taux de 35% de l’ensemble des signalements des établissements de l’Etat.

L’ensemble de ces signalements a été effectué par communication, qui représente le meilleur moyen de signalement avec  un taux de 65% de signalements de cas difficiles, suivie des correspondances écrites avec un taux de 19%.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *