Le doyen des médecins dentistes, Salah Mejri, a nié, vendredi, la majoration des honoraires minimaux des consultations des cabinets des dentistes, précisant que le Conseil national de l’Ordre des médecins dentistes de Tunisie (CNOMDT), sera dans l’obligation d’augmenter les tarifs des consultations au cas où l’Etat n’approuverait pas la compensation des frais supplémentaires relatifs à l’acquisition du matériel de protection sanitaire.
Dans une déclaration à la TAP, Mejri a indiqué que les informations ayant circulé dans certains sites électroniques sont « sans fondement », expliquant qu' » il s’agit plutôt d’une fuite d’une note interne envoyée par le CNOMDT aux sections régionales qui ne précise pas la date d’application de ces majorations « .
Des informations ont circulé sur certains sites web faisant état d’une augmentation temporaire des tarifs minimaux des consultations des dentistes à 50 dinars, et d’une autre augmentation de 20% concernant les actes médicaux, en raison des circonstances exceptionnelles que traverse le pays liées à la propagation du Coronavirus.
Mejri a dans ce sens révélé qu’une réunion aura lieu prochainement avec l’Ordre des médecins et l’Ordre des pharmaciens pour tenter de trouver des solutions à la crise qui a touché les médecins, les pharmaciens et les dentistes en raison des dépenses supplémentaires résultant de l’acquisition du matériel de protection.
Le doyen des dentistes a souligné à cet égard que de nombreux dentistes étaient touchés en raison du coût élevé des fournitures médicales et des moyens de protection sanitaire, soulignant que le conseil de l’ordre des dentistes reçoit quotidiennement de nombreux appels de la part de jeunes dentistes déclarant qu’ils seraient dans l’obligation de fermer leurs cabinets à cause de la crise.
Il a souligné que les dentistes sont prêts à faire des sacrifices dans ces circonstances exceptionnelles, en maintenant les tarifs de consultations, afin soutenir le pouvoir d’achat du citoyen, à condition que le gouvernement réponde à un ensemble de propositions, telles que la fourniture de matériel de protection sanitaire.
Il a noté que les dentistes recourent à l’achat des masques sanitaires auprès des pharmacies privées après que son prix ait été fixé à 500 millimes, en raison de l’augmentation de leurs prix au niveau de la Pharmacie centrale, qui est passé de 7 dinars (50 masques) à 66 dinars (50 masques), selon lui.

Mejri a également appelé à l’octroi de prêts concessionnels au profit des dentistes et au rééchelonnement de leurs crédits antérieurs, faisant savoir qu’une rencontre est prévue avec le chef de cabinet du ministre des Finances pour discuter de la possibilité de classifier le secteur dentaire parmi les secteurs touchés économiquement par la pandémie du Coronavirus.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse avec TAP
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire