Les établissements ouverts au public, comme les cafés et les fast-foods, sont appelés à se conformer aux dispositions préventives pour éviter une contamination par le coronavirus, même si la situation s’est sensiblement améliorée.

En application de la stratégie nationale du déconfinement sanitaire ciblé, annoncé le 29 avril 2020, le ministère du  Commerce informe tous les opérateurs économiques opérant dans les domaines du décommerce et des métiers concernés que la deuxième phase du confinement sanitaire est entrée en vigueur. Ainsi, à partir du 26 mai 2020, l’emploi ne concerne que 75% de l’effectif des travailleurs. Le travail par alternance sera annulé pour laisser la place à une journée de travail et une journée de repos (en tenant compte du dernier numéro de la carte d’identité nationale), et ce, pour toutes les activités commerciales et les métiers, y compris, ceux qui ont repris leurs activités depuis la première étape du déconfinement sanitaire ciblé.

Les buvettes, cafés, salles de thé, restaurants non classés ainsi que les fast-foods reprennent leurs activités. Les municipalités et les postes de police territorialement compétents veillent à l’organisation de la reprise des activités des buvettes, cafés et des locaux précités et permettent aux gérants d’obtenir des autorisations de travail.

Se conformer aux orientations préventives

Outre les procédures de reprise de l’activité, il est exigé de respecter la distance entre deux personnes et de mettre les bavettes  tout en s’engageant à respecter les orientations préventives figurant sur les guides de sécurité pour chaque activité. Ce guide peut être consulté en cliquant sur le lien du ministère des Affaires sociales (www.social.tn). Les centres de beauté, autorisés à reprendre leur activité au cours de la première étape du déconfinement ciblé et qui disposent de bains maures, sont appelés à poursuivre la fermeture de ces espaces et éviter leur exploitation jusqu’à l’annonce de la reprise du travail de cette activité.

Pour ce qui est des buvettes, cafés et salons de thé, et sans tenir compte de la catégorie de ces locaux, il est nécessaire de travailler en tant que buvettes sans chaises ni tables, et ce, jusqu’au 4 juin 2020, date de la reprise normale de l’activité. Il est interdit de présenter et de vendre le narguilé (chicha). Les boissons chaudes, les jus, les boissons gazeuses et les glaces sons délivrés dans des verres à usage unique.

Le sucre est présenté, quant à lui, dans des bûchettes. S’agissant des restaurants non classés et des fast-foods, les repas sont préparés pour les emporter et non à consommer sur place, et ce, jusqu’au 4 juin 2020, date de la reprise normale de l’activité. Les responsables de ces locaux sont appelés à servir des assiettes, des cuillères, des fourchettes et des couteaux à usage unique (jetables).

Charger plus d'articles
Charger plus par Chokri GHARBI
Charger plus dans Economie

Laisser un commentaire