La Chambre  syndicale nationale des loueurs de voitures estime que le secteur  n’a pas bénéficié des mesures annoncées par le gouvernement dans le cadre du soutien des PME  pour faire face à la crise sanitaire en raison de la complexité des procédures administratives et financières exigées par les administrations pour l’octroi des soutiens prévus.

On compte près de 200 entreprises de location de voitures qui sont, aujourd’hui, menacées de faillite en raison des répercussions de la crise sanitaire du coronavirus, a alerté la Chambre syndicale nationale des loueurs de voitures relevant de l’Utica, qui rappelle que le pays compte 468 entreprises de ce type dans tout le pays.

La Chambre a lancé un appel à l’Etat afin d’intervenir pour leur garantir toutes les facilités administratives, financières et bancaires nécessaires afin que ces entreprises puissent reprendre leur activité normalement et éviter la faillite. Le secteur fait travailler une main-d’œuvre nombreuse d’une façon directe ou indirecte et a besoin d’un soutien sans faille de la part des pouvoirs publics.

Pour des mesures audacieuses

La Chambre estime que le secteur de location de voitures n’a pas bénéficié des mesures annoncées par le gouvernement dans le cadre du soutien des PME pour faire face à la crise sanitaire en raison de la complexité des procédures administratives et financières exigées par les administrations pour l’octroi des soutiens prévus. A noter que le gouvernement a mis en place une plateforme pour que les chefs d’entreprise, qui ont été lésés par la crise, déposent leurs dossiers, afin de pouvoir bénéficier des avantages prévus.

La Chambre syndicale en question dénonce également la non-application, par les banques et les sociétés de leasing, des décrets gouvernementaux, dont le décret-loi du Chef du Gouvernement n°2020-19 du 15 mai 2020, portant fixation de dispositions particulières relatives au remboursement des crédits et financements octroyés par les banques et les établissements financiers à leurs clients et, selon elle, les banques et les sociétés de leasing ont imposé à ces entreprises un rééchelonnement de leurs crédits à des taux d’intérêts atteignant 15,5%.

En tout cas, les entreprises de location de voitures ont besoin d’un soutien financier dans les meilleurs délais afin qu’elles assurent leur relance d’autant plus que la saison estivale est considérée comme période propice pour faire des bénéfices suite à l’affluence des clients aussi bien tunisiens qu’étrangers. Le secteur gère des voitures en bon état qui nécessitent, cependant, un entretien et une maintenance réguliers pour fournir aux clients un service de qualité.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire