La séance plénière de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) n’a pas adopté,mardi, le projet de la motion présentée par le groupe Al Karama et appelant le gouvernement français à présenter des excuses au peuple tunisien pour les crimes commis pendant et après la colonisation vu la non obtention du nombre de voix requis, soit 109 voix.
Après son amendement, la motion a été votée avec 77 voix pour, 5 voix contre et l’abstention de 46 députés.

La plupart des députés des différents goupes et ceux indépebdants ont souligné lors de leurs interventions la nécessité pour la France de présenter ses excuses au gouvernement tunisien pour la période de colonisation mais leurs avis ont divergé concernant le vote pour cette motion, certains d’entre eux ayant porté leur appui à cette dernière alors que d’autres ont fait savoir que leur position à ce sujet dépend de l’amendement de ladite motion et sa présentation au président de la République.

Dans sa réponse aux interventions des députés le président du groupe Al Karama Seifeddine Makhlouf a rappelé que le contenu de la motion proposée figurait parmi les points du programme d’AL Karama, faisant remarquer que la constitution n’évoque pas de distinction entre les pouvoirs exécutif et législatif concernant la politique extéieure. Et de poursuivre que le projet de la motion a été présenté aux présidents de la République et du gouvernement.

Il a précisé que si le texte stipule que les excuses doivent comprendre les crimes commis à l’encontre de la Tunsiie au cours de la période 1881-mai 1964 ne signifie pas la non reconnaissance de la date de l’indépendance de la Tunisie en mars 1956, mais en raison de la poursuite de la colonisation jusqu’au 15 octobre 1963 et l’occupation de la Tunisie par les colons jusqu’au 12 mai 1964.

Il a estimé que la présentaton de la motion a trop tardé surtout qu’elle vient rendre justice à tous les combattants, soulignant qu’elle constitue « un sujet de fierté ».

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse avec TAP
Charger plus dans à la une

Un commentaire

  1. Liberte

    10/06/2020 à 07:16

    C’est plutôt l’inverse, c’est la France qui devrait demander des excuses de la Tunisie pour avoir été chassée illégalement.

    Répondre

Laisser un commentaire