Dans le sillage proche du club, les choix portés sur Luis Fernandez et Alain Casanova font des remous alors qu’aucun des deux n’a été encore confirmé.

Les nouveaux départs sont toujours difficiles. Ridha Charfeddine est en train de l’apprendre à ses dépens ces jours-ci. Après avoir renoncé à démissionner, le président de l’ESS a décidé de terminer son mandat qui prendra fin en novembre 2021, mais à la tête d’une nouvelle équipe dirigeante et en prônant une nouvelle stratégie sportive. En effet, le bureau directeur a connu des départs et l’arrivée de nouveaux membres aux commandes. Me Hammouda Bouazza a remplacé Adel Ghith au secrétariat général du club. Ridha Ghozzi, un revenant, occupe le poste de trésorier. Chokri Laamiri est président de la section football en remplacement de Mehdi Laajimi. Enfin, Fayçal Khelifa est maintenu dans son poste de vice-président.

La nouvelle stratégie sportive consiste à se débarrasser des gros salaires et revenir à une vieille politique qui a fait ses preuves par le passé, précisément en 2007 quand l’ESS avait remporté la Champions League africaine avec une équipe dont l’ossature était composée essentiellement de joueurs issus du centre de formation du club.

Pour reproduire ce scénario, le nouveau bureau directeur étoilé est allé un peu fort en faisant accéder 18 jeunes à l’équipe senior. Et pour accompagner cette montée des jeunes, le prochain coach de l’équipe première aura le profil d’entraîneur-formateur. Les dirigeants étoilés ont opté pour l’école française et ont approché deux techniciens, à savoir Luis Fernandez et Alain Casanova. Deux noms qui ne font déjà pas l’unanimité alors qu’ils ne sont que dans le viseur du club.  Dans l’entourage proche de l’ESS, on n’est pas très chaud d’enrôler Alain Casanova pour la simple et bonne raison est qu’il n’a entraîné que des équipes françaises. Il ne connaît donc pas l’Afrique.

Quant à Luis Fernandez, sa seule expérience sur le continent est en Guinée où il a dirigé la sélection nationale durant la saison 2015/2016. Or, son passage en Guinée était un fiasco puisqu’il n’est pas parvenu à qualifier sa sélection nationale à la phase finale de la CAN 2017, finissant troisième de sa poule de qualification. Un échec qui explique la réticence de certaines figures sportives proches de l’ESS.

Sur la plage de Boujaafar…    

Les entraînements qui ont repris le 8 de ce mois se sont poursuivies hier matin sur la plage de Boujaafar. Une séance matinale axée sur le volet physique, se déroulant dans une ambiance bon enfant. C’est qu’il est toujours agréable d’être à la plage, même pour s’y entraîner.

Cela dit, les entraînements sont toujours dirigés par Naoufel Chebil qui assure l’intérim jusqu’à la nomination d’un nouvel entraîneur. Le centre de formation attend toujours l’arrivée du nouveau directeur technique qui serait français, mais on sait qu’il a dirigé le centre de formation du Havre et était derrière l’éclosion de Riadh Mehrez et Steve Mandanda entre autres. On attend toujours la signature du contrat avec le nouveau directeur technique français avec lequel l’accord de principe a été établi et tous les détails discutés et convenus.

Charger plus d'articles
Charger plus par Walid NALOUTI
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire