Que peut retenir le citoyen tunisien de la prestation télévisée de près de trois heures d’un député dont l’ignorance des abc de l’histoire de son pays s’allie à l’arrogance et à la propension inimaginables à dénier à l’autre le droit de lui rectifier ses erreurs, ses errements indignes d’un représentant du peuple, censé avoir accédé au Parlement après avoir remporté la confiance du peuple en ses connaissances et en sa capacité à maîtriser les problèmes de l’heure et à en concevoir les solutions les plus appropriées ?

Quand un élu de la nation se proclamant comme l’un des représentants exclusifs de la révolution et répandant un discours selon lequel il est au fait des secrets dont même les services de renseignements des grandes puissances ne peuvent disposer fait montre, au cours d’un débat télévisé lors d’une émission bénéficiant d’une grande audience, d’un comportement inadmissible au niveau de la platitude de ses connaissances et de la faiblesse, voire la simplicité, de ses analyses au point qu’il répétait dans ses interventions la même phrase, l’on est en droit de faire part de notre déception et de notre tristesse de voir évoluer de tels acteurs dans notre paysage politique, plus particulièrement au sein de l’Assemblée des représentants du peuple, le Parlement pour l’instauration duquel des centaines de militants valeureux ont versé leur sang pour que la Tunisie accède à la liberté et à la dignité et pour que les Tunisiens puissent décider eux-mêmes librement et souverainement de leur avenir.

La déception, la tristesse, le désarroi ressentis par une large majorité de citoyens considérant que la rupture avec cette classe politique post-révolution est désormais définitive s’approfondissent encore plus quand on constate les efforts réguliers fournis par certains médias à l’affût constant du buzz et des exclusivités insignifiantes pour blanchir ces politiciens de la dernière heure et les promouvoir comme les porteurs d’un nouveau projet politique se fondant sur une nouvelle lecture de l’histoire nationale, une lecture qui prétend rectifier les erreurs et remettre les pendules à l’heure, grâce précisément aux statuts Facebook, aux petites phrases livrées aux animateurs des émissions TV du samedi soir sur les chaînes connues pour leur recherche continue des scoops les plus invraisemblables.

Charger plus d'articles
Charger plus par Abdelkrim DERMECH
  • Le message de Mechichi

    Hichem Mechichi, le Chef du gouvernement désigné, a, enfin, parlé pour éclairer la lantern…
  • Contestations insupportables

    LE secrétaire général de l’Union générale tunisienne du travail (Ugtt), Noureddine Taboubi…
  • Consultations interminables

    ET se poursuivent sur un rythme de plus en plus effréné les séances-écoutes offertes par l…
Charger plus dans Editorial

Laisser un commentaire