Le jeune joueur a sous la main une offre de Dynamo Zagreb. Il préfère négocier en joueur libre avec le club croate. C’est pourquoi il refuse de rempiler avec l’EST.

Il est sans doute l’un des meilleurs talents de sa génération, mais ce n’est pas une raison de prendre la grosse tête. C’est que tout jeune footballeur doit sa montée à son club formateur. Et si Raed Fedaâ commence aujourd’hui à se faire un nom dans le monde du football, c’est parce qu’il a été formé à l’Espérance de Tunis. Son club formateur lui a même donné l’occasion d’aller se forger ailleurs en le prêtant à l’ES Zarzis durant la saison 2017-2018.

Raed Fedaâ a retrouvé les rangs de l’EST la saison d’après. Les choses sont allées vite pour lui. Le 2 décembre 2018, il disputa son premier match de championnat au stade Hamda-Laouani. Ce fut l’occasion pour lui de signer son premier but et participer ainsi à la victoire de son équipe (2-0). Trois mois après, précisément le 16 mars 2019, il fit sa première sortie africaine contre FC Platinum.

Depuis la saison dernière, Raed Fedaâ fait donc partie des plans de Mouîne Chaâbani. Mais voilà que le contrat du joueur expire le 30 de ce mois. Et au moment de négocier avec lui, les choses ne se sont pas passées en douceur. La situation est même arrivée à un point de rupture. C’est que Raed Fedaâ a refusé catégoriquement de reconduire son contrat. Le joueur a sous la main une offre du Dynamo Zagreb. Il préfère négocier en joueur libre avec le club croate. C’est pourquoi il refuse de rempiler avec l’EST. Une attitude qui a fortement déplu aux dirigeants «sang et or» qui l’ont écarté du groupe.

Depuis mercredi dernier, Raed Fedaâ s’entraîne avec Taieb Meziani à un horaire décalé de l’horaire des entraînements collectifs. Meziani est également écarté du groupe, car mis sur la liste des départs.

Ne pas insulter l’avenir

Selon nos informations, la direction de l’EST n’est pas contre l’idée de laisser partir Raed Fedaâ si l’offre de Dynamo Zagreb s’avère intéressante, pour le club et pour le joueur.

Le jeune Fedaâ a tort d’exclure son club formateur de sa quote-part au cas où le transfert à Dynamo Zagreb aboutisse. Fedaâ ne doit pas insulter l’avenir. Il pourrait ne pas réussir sous les couleurs de Dynamo Zagreb. Au cas où son aventure croate tournerait court, il pourrait trouver un point de chute chez son club formateur, à condition de le quitter par la grande porte et en bons termes avec tout le monde.

A titre d’exemple, l’expérience de Khalil Chammam au Portugal n’a duré qu’une saison lors de laquelle il n’a pas réussi à s’imposer au sein du Vitória Guimarães. La saison d’après, il est revenu au Parc B et a retrouvé son rang de titulaire. Depuis son retour en 2015, le palmarès de Chammam s’est considérablement enrichi avec deux Ligues de champion, entre autres. Ce n’est pas le cas d’Idriss Mhirsi, parti du Parc B en 2016 (sur fond de différend avec la direction du club) vers le Red Star Football Club (transfert libre).

Bref, Raed Fedaâ ne doit pas insulter l’avenir au risque de passer à côté d’une grande carrière. Il doit profiter de sa mise à l’écart du groupe pour méditer sur son avenir à tracer sur des bases solides. Préserver une relation de confiance et de reconnaissance avec son club formateur ne peut lui être que bénéfique.

Charger plus d'articles
Charger plus par Walid NALOUTI
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire