ENCORE un nouveau défi d’une importance primordiale dans la lutte anti-Covid-19 que les Tunisiens sont invités à relever, avec succès, comme ils l’ont fait pour le coronavirus quand ils sont parvenus à classer leur pays parmi les 10 premiers pays dans le monde où l’on a enregistré un nombre insignifiant de contaminés et de morts.

Il s’agit de la décision de la Tunisie d’ouvrir ses frontières aériennes et maritimes à partir du samedi 27 juin et devant les Tunisiens résidant à l’étranger de retour à la mère patrie pour y passer, comme à l’accoutumée, leurs vacances estivales et aussi devant les touristes fidèles à la destination Tunisie où ils ont  pris l’habitude de séjourner chaque année.

Certes, la décision est courageuse, à plus d’un titre, comme n’ont pas manqué de le souligner plusieurs observateurs, notamment ceux spécialisés dans le monde du tourisme, dans la mesure où la Tunisie est aussi l’un des premiers sites touristiques dans le monde à retrouver les clients du farniente en cette période post-coronavirus où plusieurs autres destinations parmi les plus réputées dans le monde tardent toujours à s’ouvrir de nouveau à ses clients et prennent ou annoncent des précautions drastiques propres à faire peur à ces derniers, à menacer même la saison touristique et à faire régner le spectre de la saison blanche.

Le courage et l’audace dont ont fait montre les autorités tunisiennes dans l’objectif de sauver la saison touristique et de parer au maximum aux retombées désastreuses dont souffre le secteur depuis le déclenchement de la pandémie dans le monde s’allient harmonieusement à l’approche déjà mise en place dans notre pays afin de faire face aux effets indésirables de la pandémie. Cette approche, faut-il le rappeler, puise sa réussite dans le fait qu’elle s’est appuyée sur deux facteurs fondamentaux. D’abord, le respect strict des précautions et des mesures sanitaires qui ont été instaurées par les professionnels de la santé dans le but de contenir la pandémie et de réduire au maximum les risques de contamination.

Ensuite, la haute maturité et la prise de conscience ou la discipline remarquable dont ont fait montre la majorité des Tunisiens, convaincus qu’il leur revient à eux et à eux seuls de sauver leur pays. Leur comportement a bien démontré que dans les moments de crise, la Tunisie peut compter sur eux pour éviter de tomber dans l’inconnu.

Aujourd’hui, avec la réouverture des frontières aériennes et maritimes et le retour de nos compatriotes à l’étranger ainsi que des touristes, nos «invités-les bienvenus» de toujours, les Tunisiens s’engagent à remporter une nouvelle victoire contre cette pandémie en faisant de leur pays «la destination la plus sûre qui peut accueillir les touristes en toute sécurité». Comme l’a confirmé vendredi dernier le Conseil mondial du voyage et du tourisme en classant la Tunisie en tant que destination Covid-Safe et en lui accordant le statut «Safe Travel Stamp».

Charger plus d'articles
Charger plus par Abdelkrim DERMECH
  • Ballet interminable

    «Mechichi tente le passage en force : ça passe ou ça casse», «Pourquoi le choix de Mechich…
  • Protégeons nos forêts

    Par Chokri BEN NESSIR Depuis que l’homme a domestiqué le feu, il n’en a plus peur au point…
  • Un choix difficile

    D’après le ministre du Tourisme et de l’Artisanat, la Tunisie a adopté une stratégie de co…
Charger plus dans Editorial

Laisser un commentaire