L‘épisode critique de la Covid-19 derrière eux,  le jour J tant attendu est arrivé pour les candidats de la sixième année de base qui se sont présentés, hier, au concours d’accès aux collèges pilotes. De nombreuses  mesures ont été prises pour assurer le bon déroulement de l’examen. Tous les moyens humains et matériels ont été mobilisés par le ministère de l’Education en vue de permettre aux élèves de passer les épreuves dans de bonnes conditions.

Hier, ils ont passé l’épreuve d’arabe et  l’éveil scientifique. A leur sortie, ils étaient pratiquement unanimes à affirmer que l’ensemble des épreuves étaient abordables. Une parente d’élève, Essia Laabidi, que nous avons rencontrée devant un centre d’examens, est fière de sa fille qui passe le concours et qui a obtenu une moyenne annuelle de   dix-sept sur vingt. Elle témoigne avoir soutenu sa fille durant toute la période du confinement imposé par l’épidémie de la Covid 19. Elle indique : «La présence et le réconfort moral que je lui ai apportés, au cours de la période de confinement, ont été très importants pour elle. Elle a été assidue et n’a raté aucun cours à distance. J’espère que ses efforts porteront leurs fruits ».

Interrogée, une autre mère d’élève fait part de son souhait de voir la majorité des élèves obtenir avec brio le précieux sésame d’accès au collège qui balise la voie pour un bel avenir.

Maram, une brillante candidate, raconte les hauts et les bas de la période du confinement au cours de laquelle elle a eu du mal à se motiver pour préparer le concours. « J’ai vécu une période difficile liée à l’épidémie de la Covid-19 qui a apporté son lot de mauvaises surprises. J’ai succombé à une forme de dépression sévère qui m’a fait oublier l’importance des cours et des devoirs à cause du temps libre à la maison. La notion du temps a pris un goût différent et m’a plongée dans une insouciance qui a nui à mes connaissances  et mes acquis scolaires. J’ai passé la plupart de mon temps à jouer et à dormir. Le réveil a été brutal pour moi. Je me suis rendue compte que je n’ai pas convenablement révisé les épreuves».

La maman de la candidate reproche aux professeurs de sa fille de ne pas avoir programmé des cours à distance et des séances de rattrapage pour permettre aux élèves de bien se préparer pour le concours. « Depuis l’interruption des cours, le contact a été rompu avec les professeurs. Il n’y a pas eu de cours à distance. C’était une situation frustrante pour ma fille et ses camarades ».

Un groupe d’enfants composé de Rayen, Mohamed, Kenza et Ala de moyenne d’âge 11 ans sont sortis satisfaits et joyeux d’en avoir fini avec la première journée d’examens avant de devoir en découdre aujourd’hui avec la deuxième journée. Ils partagent le même sentiment de soulagement mais aussi d’angoisse pour la suite.

Fathi Chagtmi, directeur de l’école 17 rue Lénine, chargé de veiller au bon déroulement des examens au lycée Habib-Bourguiba, se veut rassurant quant au respect des consignes de prévention. « Chaque classe comporte 12 élèves qui ont respecté la distance réglementaire de 1.2 mètre. Le ministre de l’Education a visité le lieu tôt dans la matinée pour s’assurer que chaque élève a reçu une bavette et que les mesures de protection ont été strictement appliquées pour l’ensemble des candidats et du cadre éducatif.

 

crédit photo : @ Salma Guizani
Charger plus d'articles
Charger plus par Sabrine AHMED
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire