Le président de la République, Kais Saied a présidé, jeudi, au palais de Carthage, la réunion du Conseil supérieur des armées et des commandements sécuritaires. La réunion est consacrée à l’examen de la situation générale à l’intérieur du pays et, en particulier, la situation sécuritaire dans le sud de la Tunisie, indique un communiqué de la présidence de la République.

Le chef de l’Etat a mis en garde contre « la gravité des tentatives de certains de faire imploser l’Etat de l’intérieur en portant atteinte à ses institutions et en cherchant à éluder son autorité dans plusieurs régions », souligne la même source.

« Parmi les menaces existantes, a fait remarquer le président de la République, la tentative d’engager l’institution militaire dans des conflits politiques, avec pour objectif de la pousser à entrer avec elle et avec le reste des institutions en confrontation ».

« Les institutions militaire et sécuritaire se gardent d’être impliquées dans des conflits politiques », a fait valoir Kais Saied, ajoutant: « ce qui s’est passé les deux derniers jours dans le sud, est inacceptable à tous les égards ».

Le chef de l’Etat s’est dit convaincu que « tous les Tunisiens, parmi eux les habitants de Remada et de Tataouine, sont assez clairvoyants pour être capables d’apaiser la situation et de faire prévaloir l’intérêt supérieur du pays en le plaçant au-dessus de toute autre considération ».

Les mouvements de protestation sont légitimes tant qu’ils sont pacifiques et s’en tiennent au respect de la loi et des institutions, a encore soutenu le chef de l’Etat.

Et de conclure :« La situation politique actuelle exige que l’on soit à la hauteur de la responsabilité historique et à préserver l’Etat et ses institutions; tout en étant conscient de la gravité de la situation si la discorde se déclenche ».

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire