Autant l’opération sécuritaire réussie de Ben Aoun a rempli les Tunisiens de satisfaction et de fierté pour le haut niveau de professionnalisme et d’expertise dont font montre, désormais, nos forces de sécurité, autant  elle les incite à s’impliquer davantage dans la dynamique générale de vigilance, de veille et de mobilisation en vue de persévérer dans la traque quotidienne des terroristes et le dévoilement de leurs plans diaboliques. 

Faut-il rappeler que l’arrestation de trois terroristes parmi les plus dangereux, considérés, d’ailleurs, par les spécialistes comme une riche mine d’informations sur les plans qu’ils sont en train de préparer en vue de semer le chaos en Tunisie doit être  perçue comme un signal sur l’attachement des citoyens à l’approche mise en  place dans l’intention d’éradiquer l’hydre terroriste, approche qui élève la  question au rang d’une préoccupation citoyenne  quotidienne où  tous ont l’obligation d’apporter leur concours en  adhérant à l’effort national de protection de la patrie contre toutes les formes de dépassements, de dysfonctionnements dont le dévoilement, à temps, est à même d’épargner au pays tant de dégâts et de malheurs.

Il reste, cependant,  que la veille antiterroriste et la  mobilisation contre les dépassements en tous genres ne doivent pas rester prescrites dans le cadre des appels ou des recommandations lancés, généralement, au moment où surviennent les opérations terroristes ou quand certains actes sont déjoués avant d’être perpétrés.

La vigilance, l’engagement et la veille doivent être érigés comme un comportement de tous les instants, une mentalité que nos partis politiques et nos associations et organisations de la société civile ont l’impératif d’enraciner auprès de leurs adhérents et militants.

La consécration de la démocratie et l’instauration de l’Etat de droit et des institutions ont un coût cher que les Tunisiens sont appelés à assumer au cas où ils voudraient que leur pays accède au giron des nations avancées.

Eradiquer, ensemble et avec la persévérance requise, le cancer terroriste constitue bien une priorité nationale.

Et les Tunisiens sont prêts à gagner ce défi.

Charger plus d'articles
Charger plus par Abdelkrim DERMECH
  • Corriger la dispersion des voix

    Assurément, l’organigramme de l’élection présidentielle apparaît comme trop laxiste et gén…
  • Une polémique à éviter

    Le conseil de direction de l’Instance supérieure indépendante des élections (Isie) parvien…
  • Trop peu de candidates

    Par M’hamed JAIBI La femme a, depuis la révolution, pris les devants de la scène en tant q…
Charger plus dans Editorial

Laisser un commentaire