Ses œuvres sont autant de clés qui donnent accès à différents portes de la perception.

Elle s’appelle Siryne Eloued, elle est née en 1994 et, en plus du cinéma et des arts visuels, elle s’intéresse à la parapsychologie,  à l’astronomie et à la physique.

Ses œuvres sont actuellement exposées dans le cadre de la 3e édition de la manifestation artistique organisée par la galerie Elbirou Utopies visuelles à Sousse.

Entre photographies, vidéos expérimentales et autres performances filmées, Siryne distille une esthétique mélancolique et, en se jouant de la forme, propose un propos lyrique et poétique.

Après une licence fondamentale en psychologie, la jeune femme a entamé des études en cinéma à l’Institut supérieur des arts multimédia de La Manouba. Deux formations qui s’entrecroisent pour irriguer et nourrir ses extrapolations artistiques et cela donne lieu à une œuvre polysémique où réalités, lucidité, délires fantasmes et songes évoluent côte à côte aux confins de cette terre ô combien fertile et riche nommée cerveau.

Après l’université, elle s’est lancée dans différents projets artistiques à l’instar d’un programme d’échanges nommé «One women, One camera, One sound» à la National Film School (Copenhagen-Danemark) et Les Ateliers de la ville rêvée (Ecriture du manifeste de la ville rêvée) dans le cadre de la manifestation Dream City.

Les œuvres de Siryne, lyriques à souhait, faites de superpositions d’images, d’effets de flou et autres manipulations techniques subtilement dosées, sont autant de clés qui donnent accès à différents portes de la perception. Le texte en est un compagnon de route ou un prétexte, il se fait poèmes et autres extraits d’auteurs sur lesquels l’artiste tisse ses images.

Siryne explore différemment l’image que ce soit à travers la photographie ou la vidéo expérimentale, elle a d’ailleurs à son actif près de 5 courts métrages dans lesquels elle traite de l’isolement, l’effacement, l’identité, le couple… d’autres expérimentations sont en cours de réalisation.

Une jeune artiste à suivre de très près. Bonne continuation.

Charger plus d'articles
Charger plus par Meysem MARROUKI
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire