L’évolution des prestations et de l’investissement doit rimer avec l’augmentation des chances d’embauche, lesquelles ont connu une baisse sensible en 2019.

L’Observatoire relevant de l’Instance nationale des télécommunications vient de publier son rapport annuel pour l’année 2019. Ce document récapitule à travers des données chiffrées et des graphiques détaillés l’évolution d’un secteur qui suit une évolution positive, laquelle en dit long sur l’importance des prestations de télécommunications dans une société devenue plus que jamais « in ».

En effet, sur le plan purement financier, ce secteur maintient une croissance ascendante en matière du chiffre d’affaires total, lequel est passé de 2.556MDT en 2015 à 3.166 MDT en 2019, enregistrant ainsi une évolution de l’ordre de 9,5%. S’agissant des acteurs du marché qui ont eu la part de lion en matière de croissance financière, le présent rapport met en évidence Lycamobile avec une évolution de 75,1% par rapport à 2018 suivie de Topnet avec une évolution de 27,2% ; Globalnet avec 24,7% et Hexabyte avec 22,1%.  Outre ces chiffres, il est judicieux de souligner que tous les acteurs de télécommunications ont enregistré des taux de croissance positifs, à quelques différences près.

Le Data mobile va crescendo

Pour ce qui est de l’évolution du chiffre d’affaires lié à la part du marché, l’on décèle un changement au profit de Data mobile. Ce service ne cesse d’être sollicité par les internautes ainsi que par les entreprises en raison de son efficacité. Aussi, enregistre-t-il la plus grande évolution du chiffre d’affaires en 2019, soit une croissance de 31,1%. Les prestations Data Mobile ont, en effet, connu un véritable bond quantitatif, d’une valeur de 207MDT alors que Roaming out Data a dégringolé par rapport à 2018, enregistrant ainsi une chute d’une valeur de -4,7MDT. Notons que l’opérateur de télécommunication Ooredoo accapare la plus grande part du marché data en termes de chiffre d’affaires, soit 51,6% des parts du marché en chiffre d’affaires data mobile sur smartphone et 42,9% des parts du marché en chiffre d’affaires data mobile sur clef. Pour ce qui est du Data fixe, c’est à Tunisie Télécom que revient la plus grande couverture avec une part du marché qui frôle les 50% ( 49,7%).

Cela dit, la place qu’occupe la téléphonie mobile demeure prépondérante avec la plus grosse part du marché, soit 43,2%, et ce, en dépit d’une décroissance de l’ordre de -1,3% par rapport à 2018.

Lacymobile : lentement, mais sûrement

Encore faut-il rappeler qu’en 2019, Ooredoo Tunisie détient la plus grosse part de marché avec 40,7%. Cet opérateur qui préserve sa notoriété est suivi par Tunisie Télécom ( 37,2% ) et enfin Orange Tunisie ( 22,1%). Et en dépit de son activité latente dans le domaine de la téléphonie mobile, Lycamobile enregistre, tout de même, le taux de croissance le plus important dans ce sous-secteur avec une évolution de 88,1%.

S’agissant des prestations de la téléphonie fixe, aussi bien sur le plan national que celui international, Tunisie Télécom préserve sa place d’opérateur pionnier et de chef de file avec une part de marché pour les lignes fixes nationales de 83% et une part de marché pour les lignes internationales de l’ordre de 97,4%.

Investissement confirmé, valeur ajoutée certaine

Par ailleurs, et pour ce qui est de l’investissement des différents acteurs dans ce secteur intrinsèque à l’évolution digitale et aux besoins aussi bien des particuliers que des entreprises en des prestations performantes, au diapason des nouvelles technologies de télécommunication, l’on distingue, à travers le présent rapport, une réelle évolution, laquelle se traduit par des chiffres en hausse. En effet, les investissements des acteurs de ce secteur ont connu, l’an dernier une hausse qui se traduit par une valeur de l’ordre de 101MDT. La valeur ajoutée de ce secteur a échappé, depuis 2018, à la crise enregistrant une croissance de 16,1% en 2018 et de 6,7% supplémentaires en 2019. La valeur ajoutée du secteur des télécommunications s’est hissée, en 2019, à 104MDT. Quant à l’excédent brut d’exploitation ( EBE), il avait atteint une valeur de 226MDT, soit une évolution de 25,3% par rapport à 2018.

Baisse sensible  du nombre d’employés

Les télécommunications représentent, par ailleurs, d’importantes sources de revenus pour les jeunes. Un secteur qui contribue significativement à la lutte contre le chômage tout en ouvrant des perspectives intéressantes d’un domaine en perpétuelle évolution. Le présent rapport montre, d’ailleurs, la place qu’occupe ce secteur dans l’embauche des jeunes, et ce, en dépit de la sensible baisse du taux de recrutement propre à l’année 2019. L’an dernier, en effet, le nombre des employés du secteur a été réduit à seulement 9.961 employés alors qu’il était, en 2015, au nombre de 11.624 employés. Notons que Tunisie Télécom emploie le plus grand nombre de personnes, soit 6.196 en 2019. Le ratio genre trahit, certes, un déséquilibre machiste, puisque 57% des employés de ce secteur sont des hommes.

Le présent rapport montre aussi une évolution positive du taux de pénétration de trois prestations importantes, à savoir le Data mobile par habitant ( + 1,9%), la téléphonie fixe ( +4,1% ) et le Data fixe ( +5,2%).

S’agissant de la demande en abonnements, elle se traduit par une croissance soutenue. L’opérateur Ooredoo accapare les plus grandes parts du marché en matière d’abonnements de téléphonie mobile ( 42,7%) et en matière d’abonnements de Data mobile sur smartphone ( 38,5%). La part du marché la plus imposante en matière d’abonnements Data mobile sur clef revient à Orange Tunisie avec un taux de 42,7%. Quant à la part du marché la plus importante, relative aux abonnements M2M, elle revient à Tunisie Télécom avec un taux de l’ordre de 48,1%.

 

 

Image par Alberto Adán de Pixabay
Charger plus d'articles
Charger plus par Dorra BEN SALEM
Charger plus dans Economie

Laisser un commentaire