«Novice No-Vice» de Mohamed Chniti et Meriem Bouajaja et «Andalouse(s)» de Nesrine Chaabouni, deux créations d’inspirations différentes, qui ont mobilisé des moyens techniques complexes, ont été au programme de la quatrième soirée de «Sahriyet été 2020 à Hammamet».

En dépit de la fête de l’Aïd qui se prolonge et se rallonge au grè des traditions et des coutumes et du plaisir des retrouvailles familiales, le théâtre de plein air du Centre Culturel International de Hammamet a accueilli un public nombreux venu se ressourcer et retrouver des artistes dont le talent est immense, dans le cadre combien convivial de «Sahriyet été 2020 à Hammamet».

Au programme de la soirée du dimanche 2 août, entièrement dédiée à la chorégraphie, deux spectacles de danse contemporaine, «Novice No-Vice»  de Mohamed Chniti et Meriem Bouajaja et «Andalouse(s)» de Nesrine Chaabouni, deux créations d’inspirations différentes, mais qui ont mobilisé des moyens techniques complexes eu égard aux besoins de la dramaturgie et de la mise en scène de chacune d’elles.

«Novice No-Vice» de Mohamed Chniti et Meriem Bouajaja

La première partie de la soirée a été consacrée au spectacle «Novice No-Vice»  et ouverte par un hommage poignant à feu Nejib Ben Khalfallah rendu par Senda Jebali et Marouane Rouin, deux chorégraphes qui ont interprété, magistralement, une œuvre puisée dans un work in progress signé Imed Jemâa et qui sera présenté à l’occasion du 40 jour du décès de Nejib Ben Khalfallah.

Ce fut au tour de Mohamed Chniti et Meriem Bouajaja d’ouvrir le bal avec la première de «Novice No-vice», une création 2020 avec le soutien du ministère des Affaires culturelles, et de Viadanse, le Centre chorégraphique national de Belfort, une œuvre majeure interprétée avec cœur et grande technicité par les deux chorégraphes qui ont réussi à retenir l’attention du public de bout en bout.

«Novice» parle du corps dans toutes ses convulsions, en offrant au public une belle démonstration de leurs immenses capacités de chorégraphes et de danseurs. Inspirés, ils le sont à plus d’un titre avec en sus une approche esthétique d’une modernité absolue, qui défriche des sentiers nouveaux à la recherche du sens et du beau dans son état brut presque insolent.

«Novice» est une expérience qui représente un voyage dans le temps dans un espace virtuel qui n’a pas de forme spécifique. L’œuvre convoque un corps rebelle non identifié, entre hésitation et précision. Un questionnement perpétuel et profond sur l’être et le devenir et son rapport avec une société humaine qui ose juger même les corps non identifiés.

«Andalouse(s)» de Nesrine Chaabouni

La deuxième partie de la soirée était consacrée à «Andalouse(s)» ou Un solo à plusieurs, une création chorégraphique de Nesrine Chaabouni qui, durant presque une heure, a fait voyager le public dans un autre temps, d’autres cultures qui se mêlent et se croisent dans une belle harmonie de sons et de lumières. Ce solo rend hommage aux personnalités historiques choisies afin de frayer une traversée dans le corps dansant les figures de ces Andalouses extraites de l’histoire arabo-andalouse, mais aussi des Andalouses contemporaines, comme Raja Ben Ammar ou de la chorégraphe même d’origine andalouse en tant que danseuse et artiste chorégraphique.

Ce solo se ressource, d’une part, de plusieurs identités corporelles, artistiques et culturelles afin de frayer son chemin chorégraphique par le langage de la danse contemporaine ici et maintenant.

En s’appuyant sur une documentation iconographique des peintures orientalistes, mais aussi avec un regard critique sur ces icônes dans leur aspect pittoresque et exotique, ce solo décrypte ces danses au fil du temps, les lignes du corps, les musiques qui les accompagnaient en vue de réécrire une nouvelle poïétique du corps, en passant par l’abstraction et le dénuement des clichés.

Nesrine Chaabouni a exhumé des icônes de la danse du ventre, de la danse tzigane, et du flamenco sur une dramaturgie et une mise en scène de Elyes Rebhi.

Un spectacle chorégraphique en perpétuelle mouvance où le son, la musique, la vidéo, l’image et la lumière constituent une unité d’immersion sonore et visuelle.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire