La plus grande crainte dans la lutte contre l’épidémie de coronavirus est de ne pas appliquer les mesures de prévention : « Port du masque, distanciation physique, évitement des rassemblements, lavage des mains, utilisation du gel hydroalcoolique sont obligatoires », affirme Dr Ben Alaya.

Une conférence de presse pour une mise au point de la situation épidémiologie du Covid-19 en Tunisie s’est déroulée hier matin au siège du ministère de la Santé à Bab Saâdoun. Mohamed Habib Kchaou, ministre de la Santé par intérim, a confirmé que le plan national de lutte contre la propagation du nouveau virus Corona avait été adopté depuis sa création pour anticiper, évaluer et modifier les procédures afin de permettre l’efficacité et la faisabilité de ce plan. Le ministre a souligné que, sur la base de l’évolution de la situation épidémiologique dans le monde, de la recherche et des découvertes scientifiques, l’étape actuelle nécessite la cohabitation avec le virus, soulignant la nécessité pour tous les citoyens de respecter les procédures de prévention dans la mise en œuvre des protocoles de santé sectoriels approuvés par le ministère de la Santé.  Des mesures de prévention, de surveillance et d’analyse ont également été mises en place, des structures de coordination et de contrôle ont été activées entre tous les ministères et intervenants aux niveaux national et régional, et un certain nombre de mesures supplémentaires ont été approuvées dans les aéroports. M Kchaou a cédé la parole à Dr Nissaf Ben Alaya, directrice de l’Observatoire national des maladies nouvelles et émergentes, qui a détaillé l’essentiel de la situation épidémiologique du Covid-19 en Tunisie avant de répondre aux nombreuses interrogations des présents et des médias quant aux incertitudes et appréhensions fondées autour de cette redoutable épidémie de coronavirus qui continue de menacer et de sévir partout dans le monde. Dans une déclaration exclusive à La Presse pour connaître les craintes qui persistent, Dr Ben Alaya rétorque : « La plus grande crainte est de ne pas voir les citoyens appliquer les mesures de prévention : port du masque, distanciation physique, évitement des rassemblements, lavage des mains, utilisation du gel hydro alcoolique. C’est notre devoir de préserver la population sénior. » Quant au sujet du dispositif mis en place pour assurer une bonne rentrée scolaire qui débute le 1er septembre 2020, elle précise que tout sera mis en œuvre pour la réussir, sachant qu’il y a un protocole sanitaire qui se met en place entre les différents acteurs et les intervenants pour les établissements scolaires à l’instar de ce qui a été fait pendant la période des examens. Dr Ben Alaya affirme que toutes les mesures sont prises en Tunisie pour combattre l’épidémie de coronavirus notamment dans les aéroports et qu’il n’y a aucune place au relâchement.

Elle rassure sur les conditions d’arrivée des passagers dans les aéroports par rapport au risque sanitaire en appliquant des mesures strictes et rigoureuses aux nouveaux arrivants. Les procédures appliquées ou non appliquées dans tous les pays occasionnent des décalages en matière de lutte contre l’épidémie de coronavirus. L’approche est divergente selon les pays sur le fait de confiner ou ne pas confiner au point de diviser les scientifiques sur la question.

La crainte d’une deuxième vague demeure faible, sachant que la Tunisie n’a pas connu véritablement une première vague de Covid-19 ou du moins très atténuée par rapport au voisinage de l’Europe ou du Maghreb. Dr Nissaf Ben Alaya assure que le suivi des cas locaux accapare toute l’attention pour freiner la propagation du Covid-19 en Tunisie. Il y a à la fois des cas importés et des cas locaux. « Il faut revenir à la situation ordinaire, car porter le masque n’est pas un geste difficile ou lourd et permet de freiner le risque épidémiologique », développe-t-elle.

Situation épidémiologique du coronavirus

Dr Ben Alaya a confirmé que la Tunisie a enregistré, depuis l’ouverture des frontières le 27 juin, 364 cas d’infection et 66 cas locaux. Des cas groupés locaux ont été enregistrés à Sousse, Kairouan et à l’aéroport international de Tunis-Carthage.  Des enquêtes actives se poursuivent dans ces zones, appelant tous à adhérer aux mesures préventives et à mettre en œuvre des protocoles de santé pour empêcher la propagation du coronavirus. Dans une précédente communication à travers sa page facebook, le ministère de la Santé révèle qu’au 03 août 2020, 708 analyses de laboratoire ont été réalisées, dont 05 dans le cadre du suivi de patients antérieurs, portant le nombre total d’analyses à 97.245. 23 analyses positives ont été enregistrées, dont 19 nouveaux cas: 11 cas locaux, 08 cas importés. 04 analyses positives de cas antérieurs encore porteurs du virus, portant le nombre total des personnes infectées par ce virus, après vérification et mise à jour des données, à 1.584 cas confirmés. Ils sont répartis comme suit: 1.227 cas de guérison, 51 décès et 306 cas encore infectés par le virus et en cours de suivi, dont 09 cas d’infection pris en charge à l’hôpital. Les derniers cas de contamination à Kairouan révèlent que ce sont deux membres d’une même famille qui se sont contaminés et sont mis en quarantaine en vue de leur guérison.

De nouveaux défis attendent les instances sanitaires dans la lutte contre l’épidémie de coronavirus car la Tunisie est engagée dans « une véritable guerre ».

Les vacances estivales avec les attroupements et rassemblements collectifs ou la prochaine rentrée scolaire qui va intensifier les flux de population sur les routes et en ville doivent être abordeés de la meilleure façon à cause de la menace persistante du coronavirus. « Les jeunes parmi la population active doivent préserver leurs parents. », recommande-t-on du côté du ministère de tutelle.

Charger plus d'articles
Charger plus par Mohamed Salem Kechiche
Charger plus dans Actualités

Laisser un commentaire