La compagnie des phosphates de Gafsa (CPG) a repris, jeudi, l’activité d’approvisionnement de ses clients en phosphate commercial, après une période de suspension qui a duré plusieurs semaines à cause des mouvements de protestation et sit-ins observés par des chômeurs et des demandeurs d’emploi qui ont bloqué les voies routières et ferrées de transport de phosphate.

Le directeur central de la production à la CPG, Khaled Ouerghi a souligné à l’agence TAP que 7500 tonnes de phosphate commercial ont été acheminées par trains et camions vers les usines du Groupe chimique tunisien (GCT) à Gabès et la Société tuniso-indienne des engrais (TIFERT) à Skhira (gouvernorat de Sfax), et ce à partir des unités de production de la compagnie à Métlaoui.

Selon Ouerghi, le rythme d’approvisionnement pourrait augmenter durant les prochains jours en cas de la levée des sit-ins qui bloquent le transport du phosphate à partir des unités de la CPG à Mdhila.

La compagnie espère pouvoir transporter au moins 12 mille tonnes du phosphate commercial quotidiennement à ses clients et fabricants d’engrais ce qui va les aider à reprendre rapidement leurs activités, suspendues à cause de la rupture de leurs stocks.

La CPG porte de grandes ambitions sur les efforts déployés par le ministère de l’Energie et des Mines, les députés de la région ainsi que les syndicalistes pour trouver un compromis avec les protestataires de manière qui permet la réouverture des routes bloquées pour faciliter le transport de phosphate à partir des unités de la CPG à Redeyef et Om Larayes.

Rappelons que durant ces derniers jours, les autorités régionales avaient tenu une série de réunions de négociation avec les représentants des sit-inneurs qui ont abouti à la levée des sit-ins au niveau des voies ferrées à El Ksar.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse avec TAP
Charger plus dans à la une

Un commentaire

  1. Liberte

    07/08/2020 à 19:47

    La CPG est en train de jouer avec le feu, et surtout avec les nerfs des gafsiens. La région nous offre une ressource intarissable de phosphate pour permettre de faire travailler tous les jeunes de Gafsa qui sont au chômage la plus part du temps, les bénéfices vont ou ? Certes des cadres se remplissent plein les poches et les ouvriers grèvent la faim , il faut une restructuration totale et une formation solide des ouvriers pour une base solide et sans faille, ainsi chacun se responsabilise et contribuera à la bonne marche de l’entreprise, tous les jeunes qui sont au chômage se demandent pourquoi ils n’en profitent pas ? Le chemin de fer est en très mauvais état et non sécurisé, l’espacement des rails est trop petit et les accidents sont fréquents.

    Répondre

Laisser un commentaire