Les intervenants du secteur réclament qu’on leur verse les arriérés des subventions de l’Etat. Des mouvements de protestation sont prévus les 17 et 19 août à travers le pays

Les déboires n’en finissent pas pour la filière laitière. Des éleveurs aux industries laitières, en passant par les centres de stockage et de collecte, tous les intervenants de la chaîne en ont ras-le-bol. Cela fait maintenant des années que le secteur fonctionne à perte, en raison de l’augmentation des frais et des charges liés à la production laitière. Aujourd’hui, c’est le cumul des arriérés des subventions que verse l’Etat chaque mois aux différents intervenants de la chaîne qui a mis le feu aux poudres. Cela fait plusieurs mois, en effet, que les professionnels de la filière laitière n’ont pas perçu leur dû. Le non-versement de ces subventions, qui représentent 37,5%  des revenus de la profession, a contribué à accentuer les découverts bancaires des intervenants du secteur qui ont de plus en plus de mal à faire face aux frais et aux dépenses liés à leur activité. « Le coût de ces arriérés est estimé à 150 millions de dinars pour tout le secteur, a relevé Boubaker Mehri, président de la Chambre syndicale des industries laitières. Nous sommes arrivés au point où nous nous ne pouvons plus payer nos fournisseurs. La filière n’arrête pas de perdre de l’argent et cela dure depuis des mois. Il y a bien eu une réunion avec le ministre du Commerce qui nous a promis qu’on nous versera les arriérés des subventions que nous doit l’Etat. Mais les professionnels n’ont rien perçu jusqu’à aujourd’hui. Tout ce que nous voulons est que l’Etat nous paye notre dû. La politique de la sourde oreille risque de porter un coup de massue à la filière qui se meurt à petit feu». Les professionnels du secteur ne comptent pas se taire. Des mouvements de protestation sont prévus à l’échelle régionale et nationale les 17 et 19 août. Si leur revendication principale n’est toujours pas satisfaite, les intervenants de la filière iront vers l’escalade en suspendant la production laitière dans tout le pays.

Charger plus d'articles
Charger plus par Imen Haouari
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire