Souvent, maladies mentales et psychologie sont mises en exergue au 7e art. Elles sont narrées autrement dans les drames arabo-musulmans : souvent anxiogènes, ces films prennent, la plupart du temps, comme cadre un lieu clos, une cité surpeuplée, polluée ou un pays ravagé par la guerre. Hisham Saqr traite d’une maladie qui passe presque inaperçue dans le monde arabe : celle de la dépression post-partum qui touche de nombreuses mamans.

« Certified Mail » raconte la dépression d’une jeune mère prise dans les affres d’un quotidien lourd à vivre dans un Caire étouffant. Un mari au chômage et arrêté à cause d’un versement d’argent douteux, une voisine intrusive et envahissante, un accouchement récent, générateur d’une dépression forte qui ronge Hala à petit feu, en plus d’une mère râleuse et d’une petite sœur qui vit mal son adolescence.

La jeune femme résiste difficilement à ses pensées suicidaires. Elle tient tant bien que mal face à une société peu soucieuse de l’état mental des mères dépressives.

Basma, l’actrice principale du dernier long métrage de Hisham Saqr, fait appel à des émotions fortes et use d’un jeu d’acteur saisissant et dénué d’artifice, afin d’incarner une mère dépressive au bout du rouleau et d’être au centre d’un récit sensible et déchirant. Un rôle complexe qui dépeint, d’une manière subtile, l’héroïsme de cette mère et sa lutte au quotidien.

Hisham Saqr, qui est scénariste, monteur et réalisateur du film, tire les ficelles de bout en bout.

Le public féminin pourra facilement s’identifier dans ce récit lourd et éprouvant à regarder : le combat farouche d’une femme pour vivre décemment s’avèrera long et difficile même sur les 95 minutes du film.

Ce long-métrage redessine le quotidien de la classe moyenne égyptienne et les relations ambiguës et pas très saines entretenues. Un aperçu révélateur sur tout un mode de vie propre à une frange sociale qui n’hésite pas à être hypocrite et égoïste si c’est pour mieux vivre. Le rôle de Basma bascule de la femme victime et fragilisée mentalement à la dépressive combattante qui tient à garder la tête hors de l’eau, malgré les difficultés. Elle, qui tient à sauver son mari pris dans les filets d’une bureaucratie grinçante.

«Certified Mail» a bénéficié en 2018 de la bourse d’aide à la post-production accordée par le programme Takmil des JCC, permettant ainsi à son réalisateur de finaliser son film et de le présenter dans de nombreux  festivals internationaux, comme le Festival international du film de Toronto (Canada), le Festival du cinéma méditerranéen de Montpellier (France) et le Festival international du film de Palm Spring (Etats-Unis).

Charger plus d'articles
Charger plus par Haithem Haouel
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire