La retransmission télévisée du match CAB-ESS était limite «catastrophique». Non pas par incompétence de la télévision nationale, mais tout simplement à cause du légendaire stade de «Bsiri» à Bizerte. Un stade pour lequel on a une affection particulière, mais qui n’est plus apte à accueillir un match de  football de 2020. C’est un stade qui convenait lors des années 80 où l’on jouait sur les terrains en terre battue. Le tartan qu’on a vu, la disposition du stade et ces bâtiments qui l’entourent (ce n’est plus un match à huis clos), et surtout l’absence d’espaces pour placer des caméras, font que ce stade, comme d’autres stades dans notre championnat, n’est plus à la hauteur des attentes. Pour ceux qui ont suivi le match à la télé, ils n’ont pu rien comprendre vu que les caméras étaient placées par la force des choses, au bord du terrain. Ce qu’on a vu à Bsiri, on l’a vu aussi à Métlaoui, un stade  lui aussi démuni des conditions minimales pour transmettre un match à la télé et où le public ne trouve pas le confort pour assister à un match. Si on fait le tour  de nos stades et, à part Radès, Sfax et Monastir, (en attendant le nouveau stade de Sousse), tous les autres stades souffrent. Problèmes de gazon, d’éclairage, d’entretien, de sécurité, de disponibilité, de gradins, on est encore très loin du requis pour un championnat qui se dit professionnel. Et c’est toujours le même constat et le même débat : les municipalités n’ont plus les moyens et les connaissances pour entretenir, les projets de rénovation et de construction sont bloqués par les lourdes procédures et par la corruption, alors que les clubs se désistent et n’aident pas au moins dans l’entretien des stades d’entraînement. C’est un grand exploit qu’on puisse tenir des matches sur de pareils stades où l’on manque de tout.

C’est au ministère des Sports, représentant de l’Etat, et à la FTF, représentant des clubs, avec bien sûr les ministères de l’Equipement, des Finances et les municipalités, de penser à financer un  programme de mise à niveau de nos stades. Ça doit se faire en globalité et non pas stade par stade. A propos, pourquoi ne joue-t-on pas au Zouiten, le stade-mystère qui est opérationnel depuis des mois ?

Charger plus d'articles
Charger plus par Rafik EL HERGUEM
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire