L’Association tunisienne des femmes démocrates (ATFD) a exprimé, samedi, son « rejet catégorique » de la position du président de la République, Kais Saied, défavorable à d’égalité successorale.

Dans un communiqué, publié samedi, l’ATFD a qualifié la lecture du principe d’égalité faite par le président de la République dans son discours du 13 août courant qu’il a prononcé à l’occasion de la Fête nationale de la femme et du 64ème anniversaire du code du statut personnel, de « réactionnaire ».

Selon L’ATFD, cette lecture « rejette les dispositions de la Constitution et vise à courtiser le réservoir électoral des courants obscurantistes et hostiles à l’égalité à l’intérieur et à l’extérieur du pays ».

l’ATFD a encore estimé que le rejet de l’égalité dans l’héritage « reflète une compréhension limitée de la réalité des femmes et de la société », affirmant que « la revendication de l’égalité successorale sera toujours brandie comme une exigence non négociable qui n’accepte pas d’atermoiement, étant l’un des piliers des droits socio-économiques ».

L’Association féministe a réitéré son engagement à « poursuivre la lutte pour parvenir à l’égalité complète et effective, en vue d’éliminer la discrimination et pour garantir la pleine citoyenneté dans les sphères privée et publique ».

L’ATFD a dans ce sens exhorté « toutes les forces progressistes, démocratiques et sociales à se mobiliser, à lutter contre toutes les forces réactionnaires et à défendre les femmes tunisiennes dans leur combat ».

Le président de la République, Kais Saied, avait déclaré dans son discours à l’occasion de la fête nationale de la femme et du 64ème anniversaire du code du statut personnel que « le débat sur l’égalité dans l’héritage est faux et n’est guère innocent « , expliquant que « la notion de justice permet d’assurer l’égalité en droits socio-économiques entre les hommes et les femmes, contrairement au principe d’égalité ».

Selon le chef de l’Etat le texte coranique est clair en ce qui concerne la loi successorale et on ne peut l’interpréter autrement signalant que le code du statut personnel est complètement en conformité avec le texte du coran.

Saïed a estimé que l’égalité, telle que conçue par la pensée libérale, n’est que formelle et n’est pas fondée réellement sur la justice.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse avec TAP
Charger plus dans à la une

Un commentaire

  1. Liberte

    15/08/2020 à 20:36

    Maintenant les femmes veulent le double de l’héritage contrairement à la demie part qu’accordait la justice avant

    Répondre

Laisser un commentaire