Bastions en proie au doute, d’un côté, et, de l’autre, des associations pas encore rassurées sur leur avenir en Ligue1, cette journée devait forcément nous valoir de chaudes empoignades sur fond de duels serrés, enjeu oblige. Commençons par l’explication entre l’ESM et la JSK, deux valeurs sûres de la L1, en proie au doute cependant, vu leur position et leur marche cahin-caha. 11e, Métlaoui se devait de gagner et surtout de garder le trident CSHL-JSK-CAB à bonne distance. Les Aghlabides, à leur tour, n’avaient d’autre choix que de rebondir et surtout se mettre en confiance. Finalement, la JSK a sombré. Boughanmi et Mhadhebi sont passés par là !

Un CAB aux abois

Chebba-CAB s’annonçait tout aussi engagé et disputé. Certes, le CSC pouvait voir venir. Mais pour le CAB, l’urgence était telle que seule la victoire était envisageable pour un club désormais dos au mur. Battu dans son fief du Bsiri par un CA réaliste à souhait, le CAB était forcément aux abois ! Seule la victoire permettrait aux protégés de Kaïs Yâakoubi de sortir la tête de l’eau. Il n’en fut rien…

Le Stade réagit 

Enfin, entre le ST et l’ASS, l’ambition de bien faire et surtout de monter en grade, voilà de quoi nous proposer un spectacle de type débridé, sans calculs et résolument orienté vers l’offensive. D’un côté, des Bardolais installés dans le ventre mou du classement, et de l’autre, une formation de Soliman capable de faire vaciller les meilleurs, comme en atteste sa démonstration de force face à l’ESS. Le tableau ainsi brossé devait nous proposer un match alléchant. Le Stade finira par s’imposer par la plus petite des marges grâce à un but de Aït Malek.

 

crédit photo : © Mokhtar HMIMA
Charger plus d'articles
Charger plus par Khaled KHOUINI
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire