Le trentième titre de l’Espérance impose une véritable réflexion sur l’état du football tunisien, mais aussi et surtout sur la marche et le parcours d’une équipe qui, à travers ce qu’elle ne cesse de laisser entrevoir, d’accomplir et de réaliser, déroge à la règle. Il serait opportun de se pencher sur les raisons qui ont permis à l’équipe espérantiste d’imposer sa suprématie sur le championnat tunisien au moment où le parcours de la plupart des équipes, notamment les adversaires habituels des «Sang et Or», souffre d’un manque évident de stabilité et de régularité.

Au lieu d’user dans les beaux discours, les positions et les réactions populistes, l’équipe dirigeante espérantiste, à sa tête le président Hamdi Meddeb, était convaincue qu’il était nécessaire de mettre sur pied une équipe capable de relever les défis et de faire face, non seulement aux épreuves nationales, mais également continentales et de haut niveau. Inutile aussi de rappeler que pour atteindre pareil objectif et pour affronter les exigences souvent difficiles à surmonter, il était nécessaire d’avoir les joueurs les plus indiqués et les mieux appropriés. Inutile enfin de faire revenir l’idée que dans les grandes ou petites compétitions, les équipes qui gagnent, ce sont celles qui disposent de joueurs qui attaquent, qui créent, qui ne se dégonflent pas, qui vont chercher l’adversaire dans son camp et qui ont une maîtrise de balle positive.

En football, et particulièrement dans le championnat tunisien, la plupart des équipes peuvent gagner, mais peu d’entre elles savent vraiment le faire. C’est le cas de l’Espérance dans sa version actuelle, mais aussi à travers tout ce qu’elle laisse entrevoir depuis de longues années. Une équipe qui, même dans les moments difficiles, parvient à renaître de ses cendres. Une équipe qui vit d’espoir plus que de doute. Une équipe qui encaisse, qui fait, certes, des erreurs, mais qui parvient toujours à se relever. Dans tout ce qu’elle ne cesse d’accomplir, dans tout ce qu’elle ne cesse d’obtenir et de gagner, sa profonde implication a la même racine que la détermination et la volonté. Là où l’initiative ne s’est jamais retranchée. Le discernement, l’imagination et la créativité, encore davantage. Cela nous amène à constater que les aptitudes de l’équipe espérantiste ne sont plus aujourd’hui une affaire marginale, mais qu’elles font désormais système dans la manière de jouer de l’équipe et dans son rendement sur le terrain.

L’idée est, bien entendu, d’avoir une équipe qui gagne et d’instaurer une dynamique de résultats. Et c’est pour cette raison, d’ailleurs, que l’Espérance a tenu à s’inscrire dans une alternative de travail à long terme, d’investissement et d’investigation futuristes. Résultat : les bonnes décisions sont là. L’Espérance aura toujours le droit d’aspirer à un football qui ne soit pas inspiré de dérapage et de transgression. Elle a un style et un fond de jeu qui lui sont propres. Mais surtout une capacité générale à gérer une série de matches avec aisance, variété et supériorité, équilibre et justesse, solidité et force mentale, continuité et régularité dans les résultats.

Au lendemain d’une consécration hautement méritée, l’on pense déjà à ce qui devrait forcément suivre. Un nouveau cycle ? Oui, dans la mesure où beaucoup de choses devraient s’enclencher au moment où d’autres devraient finir. De nouveaux joueurs ont déjà débarqué. D’autres vont assurément arriver. Avec, toutefois, la précision qu’ils ne seront pas là pour prendre la relève, mais pour donner quelque part un nouveau souffle, de nouvelles solutions. Dans une équipe dont la force de la jeunesse peut flamber aussi bien que l’expérience brevetée, les aptitudes individuelles et collectives ne manquent pas certainement d’enjoliver la construction collective.

En fait, il ne peut y avoir de grande équipe sans les joueurs les plus indiqués et capables de faire la différence. L’Espérance a confirmé qu’elle est une grande équipe. Mais ce qui reste à faire est encore plus important. Le président, les joueurs et l’entraîneur en sont fortement conscients.

Charger plus d'articles
  • Une inquiétante recrudescence

    L’un des plus grands défis auxquels est confrontée aujourd’hui la Tunisie est la hausse de…
  • L’heure est grave !

    LA situation se corse. La zone rouge s’étend d’un jour à l’autre. Le système de santé est …
  • Comment en est-on arrivé là?

    Les blocs parlementaires de  Tahya Tounès, la Réforme, le Groupe démocratique, ainsi que d…
Charger plus par Jalel MESTIRI
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire