Par ailleurs, le volume distribué en 2018 a connu une progression de 2,1% pour atteindre 625,4 Mm3 contre 612,3 Mm3 en 2017.

Le volume d’eau prélevé (VINT) à partir du système naturel est passé de 708,6 Mm3 en 2017 à 725,3 Mm3 en 2018, enregistrant ainsi une évolution de 2,4%. Ce volume provient du prélèvement à partir des eaux de surface soit 420,1 Mm3 avec une progression de 1,6% (413,4 Mm3 en 2017) . Elles représentent 57,9% du volume total prélevé et proviennent des achats auprès de la Secadenord d’un volume de 362,9 Mm3, soit 86,4% des eaux de surface.

Des prélèvements ont été effectués des barrages gérés par la Sonede d’un volume de 57,2 Mm3 qui représente 13,6% des eaux de surface. Les eaux souterraines ont totalisé 297,4 Mm3 avec une évolution de 0,8% (295,2 Mm3 en 2017) dont 31,2 Mm3 ont servi pour le dessalement des eaux saumâtres. Elles représentent 41% du volume total prélevé.

Utilisation des eaux de mer

Quant aux eaux de mer, elles représentent 7,8 Mm3 pour la station de dessalement de Jerba, représentant 1,1% du volume prélevé. Le volume d’eau produit est passé de 680,5 Mm3 en 2017 à 698,1 Mm3 en 2018, soit une évolution de 2,6%. Ce volume provient de plusieus sources dont les eaux de surface avec 403,3 Mm3, enregistrant une progression de 2,1% (395,1 Mm3 en 2017). Ces eaux représentent 57,8% du volume produit.

Les eaux souterraines représentent, de leur côté, 247,7 Mm3 avec une évolution de 0,8% (245,8 Mm3 en 2017). Ces eaux représentent 35,5% du volume produit. Les eaux saumâtres dessalées sont de 31,2 Mm3, évoluant au taux de 3,8% (30,1 Mm3 en 2017), Ces eaux représentent 4,5% du volume produit.

Une autre source non moins importante utilisés à savoir les eaux de mer dessalées pour une quantité de 7,8 Mm3, soit 1,1% du volume produit. Ces eaux proviennent du dessalement des eaux de mer de la station de Jerba mise en service en 2018. Les eaux déferrisées représentent 8,1 Mm3, soit 1,2% du volume produit. Ces eaux ont évolué à la baisse à un taux de 14,6% (9,5 Mm3 en 2017).

Distribution des eaux dans tous les sens

Par ailleurs, le volume distribué en 2018 a connu une progression de 2,1% pour atteindre 625,4 Mm3 contre 612,3 Mm3 en 2017. Le volume d’eau consommé (VC) a atteint 461,1 Mm3 contre 472,3 Mm3 en 2017, soit une baisse de 2,4% résultant du volume d’eau consommé facturé (VCf) pour connaître un niveau de 447,2 Mm3 (459 Mm3 en 2017). Ces eaux représentent 97% du volume consommé.

Aussi, 4,8% du volume consommé non facturé (VCnf) a été  enregistré pour atteindre  le niveau de 13,9 Mm3 (13,3 Mm3 en 2017). Ces eaux représentent 3% du volume consommé. L’évolution à la baisse du volume consommé facturé (-2,6%) a touché tous les usages hormis le tourisme qui a enregistré une augmentation de 3,8%.

Il a été possible aussi, en 2018 la pose de 68.132 nouveaux branchements contre 91.773 en 2017, ce qui dénote une baisse de cette activité de 25,8%. L’extension des réseaux de 897 km (993 km en 2017) a porté la longueur totale à 55.051 km (9.731 km de réseaux d’adduction et 45.320 km de réseaux de distribution). On a réussi, de même, la pose de 205,1 Km de linéaire de conduites, recalibrage et déplacement contre 184,4 Km enregistrée en 2017.

Une consommation moyenne de 38,2 m3/trimestre (39,8 m3/trim en 2017) dont 31,2 m3/trimestre (32,4 m3 en 2017) consommé par le domestique branché a été enregistrée. A noter que 69,9% des abonnés domestiques consomment par trimestre un volume d’eau inférieur ou égal à 40 m3 et payent une facture globale de moins de 30 Dinars par trimestre (redevances eau, assainissement et TVA). Une consommation d’eau par habitant desservi tout usage confondu est de 120,6 litres/jour (121,7 en 2017) provenant essentiellement d’une moyenne de consommation de l’usage domestique de 98,6 litres /jour/habitant branché contre 101,1 en 2017.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire