Terminer la saison sur un titre, ça ne fait que du bien pour une équipe qui a raté la finale du super play-off devant le même adversaire. L’ESRadès a sauvé sa saison en obtenant un trophée bien mérité devant l’USM quelque temps après la finale du super play-off remportée par les Monastiriens. C’était un «remake» et un goût de match indécis. Mais sur le parquet de la salle de Radès (le match a commencé tard, ce qui explique l’assistance limitée), l’ESR en voulait plus avec un écart pris dès les premières balles (15-8 après 5’). L’USM, avec l’euphorie du titre de champion gagné, jouait un basket de transition, avec des débordements et des paniers sous le panneau. L’adresse de Mouhli, El Mabrouk et Hdidane sur les tirs à trois points a aidé les Radésiens à bien s’installer sur la partie et à obliger l’USM à ne penser qu’à rattraper l’écart.
L’ESR a prouvé, par la suite, sa solidité défensive pour maintenir son avance. Nidhal Abdelkarim l’a emporté cette fois sur Bouzidi avec une défense agressive qui a obligé l’USM, en seconde mi-temps, à laisser tomber les débordements et les «pick and roll» pour user des tirs à distance et des tentatives individuelles. Lahiani, Sélimène, Sayehi et les Monastiriens étaient beaucoup moins adroits dans le 4e quart-temps. Pendant ce temps-là, Channoufi, El Mabrouk, Bouallègue et Hdidane amélioraient leur réussite et géraient bien le chronomètre et le nombre de fautes élevé. Victoire méritée pour une ESR qui a retrouvé, cette fois, l’implacable organisation qu’on lui connaît. Ses joueurs-cadres ont pesé lourd. Du côté de l’USM, le facteur réussite offensive n’a pas bien fonctionné dans un match qui diffère beaucoup du super play-off.

Domination partagée
A l’USM le titre de champion, à l’ESR le trophée de la Coupe. La saison 2019 se termine sous la domination partagée entre Monastiriens et Radésiens avec un avantage bien sûr pour les premiers. L’USM a réussi à mettre fin au cycle fort de l’ESR avec ce superbe et mérité titre de champion. Pour l’ESR, perdre la Coupe aurait condamné une saison qui pouvait être meilleure, vu les moyens mis sa disposition. L’USM et l’ESR sont les lauréats d’une saison longue qui a vu la JSK briller et retrouver ses sensations. Place maintenant à la préparation du Mondial de la Chine. Les internationaux de l’USM et de l’ESR auront juste un peu de temps pour savourer la consécration et reprendre leur souffle.

Charger plus d'articles
Charger plus par Rafik EL HERGUEM
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire