Notre porte-drapeau national composte son ticket pour les Jeux olympiques de 2020.
Le judo tunisien est en bonne santé. Outre la moisson de médailles récoltées par les seniors (H et D), et le titre par équipes remporté avec brio au championnat d’Afrique disputé en Afrique du Sud, nos cadets, cadettes, juniors (G et JF) n’ont pas démérité au championnat d’Afrique organisé au Sénégal. Ils ont ainsi glané 21 médailles (7 en or, 6 en argent et 8 en bronze).
Mais le plus rassurant est que parmi les cadets et les cadettes figurent de futurs grands champions tels que Hamza Ouerghi (73 kg), Kossay Ben Ghares (90 kg), Imène Ben Younès (44 kg) , Rania Harbaoui (52 kg ) et Saida Moncer (57 kg). A part les médailles qu’ils ont remportées, ces jeunes pousses ont démontré des prédispositions fort prometteuses: «Nos jeunes ont remporté 11 médailles. S’ils avaient effectué une meilleurs préparation, ils auraient pu tout rafler», a confié le directeur technique national de la FTJ, Abderrazak Turki. Le dernier a précisé que les jeunes cadettes ont toutes été récompensées par des médailles, et que Hamza Ouerghi et Kossay Ben Ghares ont assuré leur participation au mondial.

Nihel Landoulsi au-dessus de la mélée
Par ailleurs, Nihel Cheikhrouhou a été égale à elle-même en Afrique du Sud. Elle a conservé son titre individuel et a participé à la victoire par équipes contre le Maroc.« Nihel Cheikhrouhou n’a rien perdu de sa verve.
Elle est actuellement la seule qui va participer aussi bien au championnat du monde le 25 Août prochain à Tokyo qu’aux Jeux Olympiques Tokyo 2020. Et pour préparer ces deux événements, elle prendra part à deux tournois internationaux, à Bakou et en Croatie », a fait savoir Abderrazak Turki. Parmi les autres médaillés en Afrique du Sud, la palme est revenue à Nihel Landoulsi ( 70kg) qui a battu la 5e mondiale. Maintenant, après un repos de deux semaines, le reste de l’équipe nationale composé de Ghofrane Khélifi, Mahmoud Senoussi, Frej Dhouibi, Abdelaziz Ben Ammar , Nihel Landoulsi , Sarra M’Zoughi, Mériem Béjaoui et Oumaima Bédoui reprendront aujourd’hui la préparation pour les jeux Africains devant avoir lieu au Maroc du 17 au 19 Août prochain. Ils effectueront des stages à Tunis et Aïn Drahem (ou Tabarka). Pour Fayçal Jaballah, malgré le fait qu’il s’est racheté en finale par équipe après avoir perdu son titre individuel, il n’a pas été retenu pour prendre part aux Jeux africains. Il se peut qu’il décide d’arrêter sa carrière d’athlète.

Préparer les JO de la Jeunesse
Les juniors ont déçu au championnat d’Afrique au Sénégal . Seules deux médailles d’or ont été remportées par Mouna Béjaoui (57 kg ) et Siwar Dhawadi. La fédération est consciente du faible niveau des juniors.
La direction technique a ainsi élaboré un programme unifié de travail destiné aux centre régionaux d’entraînement à Kairouan, Gabès, Mahdia , Mahrès, Sousse , Chebba, Kalaat Landlous et Tunis en vue de relever le niveau et préparer les JO de la Jeunesse de Dakar 2022 », a mentionné le directeur technique national qui a affirmé que la Tunisie va abriter le championnat arabe des minimes du 30 août au 4 septembre 2019 en vue de dénicher de jeunes talents.
S. K.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire