Cela fait vingt-cinq ans que la beauté de la femme tunisienne brille à travers les concours de beauté internationaux. Selon certaines études, les femmes tunisiennes sont classées parmi les plus belles à travers le monde ; une qualification qui revient, non seulement aux traits des visages, qui renvoient à un panache hallucinant des cultures qui se sont succédé dans ce petit bout de terre appelé «Tunisie» ou la clef de l’Afrique dans sa traduction amazighe, mais qui émane aussi de la spécificité de la femme tunisienne à relever les défis et à aller de l’avant, fière de sa féminité et de son mérite.


Le Concours Miss Tunisie remonte, en effet, à 1996. Il a été instauré par Mme Aïda Antar pour qui il était temps de mettre la beauté et le mérite de la femme tunisienne en exergue et de l’intégrer dans les concours mondiaux. Mme Antar remémore les prémices de ce challenge relevé avec brio et autant de passion.

Entretien.

Comment avez-vous eu l’idée d’instaurer le Concours Miss Tunisie ?

Dans les années 90, j’étudiais à l’Ecole de maintien, de savoir-vivre et de savoir-être à Bruxelles. En ces temps-là, j’ai eu l’opportunité de faire la connaissance de Mme Cécile Muller, jadis présidente du Concours Miss Belgique. Certes, mon ambition n’était autre que de créer une Ecole de maintien, de savoir-vivre et de savoir-être en Tunisie. Cependant, ce projet n’était point facile à réaliser. J’avais, par conséquent, changé de registre tout en restant dans cette sphère du glamour et du savoir-vivre. L’idée m’était venue d’instaurer le Concours Miss Tunisie, ce qui fut. La première édition a été organisée le 7 avril 1996, sous le regard impitoyable d’un jury international de haut niveau, comptant Mme Geneviève de Fontenay, présidente du Concours Miss France, de Mme Cécile Muller, présidente du Concours Miss Belgique, ainsi que de Miss Belgique».

Vous aviez donc mis le premier pilier d’un concours devenu une tradition. Quelle évolution a connu le Concours depuis ?

Grâce à la participation d’un jury international de haut niveau dès la première édition du Concours Miss Tunisie, nous avons réussi à accéder à l’Organisation mondiale des concours de Miss, laquelle nous avait accepté en tant que pays membre. Cette adhésion nous a ouvert de grands horizons. Nous avons , depuis, l’opportunité de participer annuellement aux Concours Miss Monde et Miss International. D’ailleurs, la première dauphine élue en 1996 avait participé au Concours de Miss international, tenu au Japon ; un concours qui comptait pas moins de 80 participantes. La participation de la candidate tunisienne avait été à l’origine d’une première mondiale dans le paysage des concours de Miss : pas de passage en maillot de bain ! C’est dire l’importance de la participation tunisienne auxdits concours internationaux. D’ailleurs, et je le souligne fièrement, nos candidates sont immanquablement classées parmi les dix lauréates à l’échelle internationale et mondiale.

L’organisation du Concours a été, à ce que je sache, maintenue tous les deux ans…

Oui. Néanmoins, nous étions dans la contrainte de le suspendre en 2011 et en 2012 pour le relancer en 2013. L’édition Miss Tunisie 2013 avait eu des retombées de taille sur la visibilité internationale du Concours. En effet, le ministère du Tourisme et de l’Artisanat avait eu l’excellente initiative de convier un grand nombre de médias étrangers pour couvrir l’évènement. Couronnée Miss Tunisie, Mlle Hiba Talmoudi avait eu l’opportunité de représenter notre pays au Concours Miss World en Indonésie. La deuxième dauphine Mlle Inès Chater avait participé au Concours Miss Méditerranée où elle avait décroché deux titres, à savoir Miss Beauté et Miss Amitié. Manifestement, si le Concours Miss Tunisie est organisé tous les deux ans, nos Misses continuent à briller à l’échelle mondiale en participant, annuellement, aux trois concours précités, notamment le Concours Miss Monde, le Concours Miss International et le Concours Miss Méditerranée. La dernière candidate élue Miss Tunisie 2019 s’appelle Sabrine Ben Khelifa Mansour. Elle est issue de Mahdia et a participé, récemment, au Concours Miss Monde. Son projet humanitaire, qu’elle a réalisé avec ferveur, consistait en une caravane de santé couvrant tout le territoire tunisien ; une initiative qui a positivement impacté le jury de Miss Monde 2019 pour décrocher une place au Top 10 des projets humanitaires. Pour ce qui est de la participation tunisienne au Concours Miss international 2019, c’est Mlle Sarra Brahmi, Miss Sousse 2019, qui a été élue 4e dauphine au Concours international au Japon. Elle a même décroché le titre d’ambassadrice du tourisme japonais dans le monde.

Charger plus d'articles
Charger plus par Dorra BEN SALEM
Charger plus dans Magazine La Presse

Laisser un commentaire