Les braquages ne se limitent plus aux coins de rues à une heure tardive. Même les autoroutes sont désormais un lieu de braquage et en plein jour. D’où la nécessité de prendre les précautions nécessaires pour endiguer ce phénomène avant qu’il ne s’amplifie et ne s’étende à toutes les autoroutes !

La circulation sur les autoroutes tunisiennes est-elle devenue, de nos jours, dangereuse ? Tout porte à le croire, surtout après le braquage qui a touché une collègue journaliste dans une radio de la place. Pourtant, on croyait que les autoroutes étaient des espaces très protégés où l’on peut circuler en toute sécurité sans être dérangé par quiconque. En effet, ces autoroutes à péage sont, en principe, bien surveillées par les agents de la circulation qui ont le droit à tout moment d’arrêter tout véhicule douteux pour vérifier les papiers du conducteur, sa destination et éventuellement la marchandise qu’il transporte. Pourtant, l’autoroute au niveau de Tunis-Turki, où a eu le braquage, est l’une des plus anciennes et dispose d’équipements modernes pour circuler dans des conditions confortables. De surcroît, ce braquage a eu lieu en plein jour et la victime s’en est sortie avec des cicatrices au visage et aux mains. Selon ses dires, elle a failli mourir si son chien n’était pas venu à son secours. Que dire alors sur les routes nationales dépourvues de protection et dont l’état est délabré ?

Renforcer la sécurité

Une autre fois, toujours au niveau de l’autoroute, les braqueurs, usant de leur mauvais génie, n’ont pas trouvé mieux que de jeter des clous pour dégonfler les pneus des voitures et passer à l’acte. Les braqueurs cherchent à dérober des téléphones portables, de l’argent et des objets précieux. Ces énergumènes ne reculent devant rien pour atteindre leur objectif, quitte à tuer la victime. C’est une situation vraiment malsaine qui ne doit pas perdurer. C’est que ce genre d’affaire est devenu presque anodin. On entend parler, chaque jour, d’actes similaires et personne ne réagit.

Cependant, les conducteurs de voitures, hommes ou femmes, doivent s’entourer des précautions nécessaires avant de prendre la route. La première chose à faire est de vérifier l’état de la voiture, les pneus, la carrosserie  et les différents composants visibles à l’œil nu. Il ne faut surtout pas s’arrêter en cours de route, sous aucun prétexte, même si une belle femme fait signe de la main que le pneu va éclater. Certains braqueurs attendent ce moment pour se jeter sur leur proie et lui prendre toutes ses économies. Certains braqueurs vont jusqu’à lancer des pierres en direction de la voiture pour inciter les conducteurs à s’arrêter. Nos autoroutes et nos routes sont devenues réellement dangereuses et il est devenu impératif de renforcer la sécurité par la mobilisation de nouveaux agents de la circulation et agents de sécurité pour rappeler à l’ordre ou dissuader toute personne mal intentionnée qui veut faire un braquage. Les braqueurs choisissent souvent les femmes ou les hommes seuls pour qu’ils puissent les maîtriser facilement.
Ces actes de braquage sont assimilés à des actes terroristes et leurs auteurs doivent être jugés sévèrement conformément à la loi en vigueur pour qu’ils servent de leçon à d’autres jeunes qui veulent les imiter. Il faut commencer par assainir nos autoroutes, d’autant plus que les conducteurs sont appelés à payer un montant pour y circuler. Ils ont droit, par conséquent, à un minimum de sécurité et de confort.

Charger plus d'articles
Charger plus par Chokri GHARBI
Charger plus dans à la une

Un commentaire

  1. gianni

    20/09/2020 à 16:10

    Comment « elle est devenue dangereuse »? Depuis toujours, la circulation en Tunisie est très dangereuse!!!

    Répondre

Laisser un commentaire