«Au suivant» et «A qui le tour?» semblent dire les fans de l’Espérance qui s’est qualifiée en finale de la Coupe grâce à son tempérament de conquérant qui agit tel un rouleau compresseur.

On ne s’y attendait que trop, sinon qui aurait pu être effleuré par l’idée que le CSChebba serait capable d’éliminer l’euphorique Espérance Sportive de Tunis qui se trouve plus que jamais auparavant assoiffée par les titres? Personne, bien évidemment, à l’exception des parieurs atypiques qui misent sur le gros lot sans la moindre conviction.

Eh bien cela a été démontré de la manière la plus claire avant-hier à Chebba dans le cadre des demi-finales de la Coupe de Tunisie. En effet, dès la dixième minute, la détermination de l’Espérance à imposer sa loi, celle du plus fort, s’est rapidement illustrée par le premier but de la rencontre qui fut l’œuvre de l’Ivoirien Fusseini Coulibaly.

Toujours et encore sous l’emprise d’une rage victorieuse intenable, l’Espérance va continuer à assiéger la ligne arrière du CSChebba jusquà la réalisation du deuxième but marqué  par l’Algérien Elyès Chetti à quelques minutes de la mi-temps (42’). Et c’est ainsi que le sort de cette demi-finale, somme toute déséquilibrée, s’était déjà dessiné.

Le métier des «Sang et Or»

D’aucuns diront «et que dire des efforts et des tentatives des locaux en deuxième mi-temps, surtout grâce aux contres orchestrés par Jilani Abdessalem, Nader Gara et le Camerounais Thierry Chuenté?».

C’était presque rien du tout car les joueurs de l’Espérance savaient qu’ils étaient déjà en finale et qu’ils ne leur restait plus que de gérer leur avance sans gros effort superflu.

Cette situation a permis la mise en exergue du métier de l’équipe de Bab Souika qui maîtrise l’art d’absorber la fougue de l’adversaire et d’essayer même d’en profiter davantage par des contres qui auraient pu conduire à alourdir la note.

Dans ce match, on a même décelé un manifeste regain de forme de plusieurs joueurs de l’Espérance, à l’image d’Elyès Chetti, Bonsu Kwamé et Abderraouf Benguith en particulier.

Aussi, la manière a été ajoutée à la victoire cette fois-ci après une série de succès sans grande conviction ces derniers temps. Et cela tombe à pic à l’occasion de la finale de Dame coupe qui aura lieu ce dimanche contre l’USMonastirienne chez elle.

Ainsi l’Espérance se trouve à deux doigts de réussir une belle razzia locale.

Sur ce point, on ne peut pas passer sans attirer l’attention sur le fait que la coupe est le titre qui tient le plus à cœur pour tous les fans de l’Espérance en ce moment. Il suffit de jeter un coup d’œil sur le palmarès du doyen des clubs tunisiens, pour constater que seul ce titre manque à l’appel depuis 2016 malgré le fait que, depuis, les «Sang et Or» s’étaient adjugé plusieurs honneurs, dont spécialement les deux couronnes africaines de la Ligue des champions (2018 et 2019), ainsi que la Coupe arabe des champions (2017).

Charger plus d'articles
Charger plus par Amor Baccar
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire