L’injection des ampoules de vitamines B12 est préconisée, entre autres, pour ceux qui sont atteints  par l’anémie de Biermer. Elle est indispensable et les injections se font à des intervalles que le médecin prescrit au malade en fonction de la gravité de la situation.

La Société des Industries pharmaceutiques de Tunisie de Fondouk Choucha fournissait le marché depuis toujours.

Et voilà que, sans crier gare, la pénurie s’installe. Elle se transforme en absence totale de ce médicament  au niveau de toutes les officines. A moins qu’on en fournisse sous le manteau, cette vitamine est introuvable.

Comme par miracle, nous en avons trouvé dans une pharmacie d’El Menzah. Elle provient de… Turquie !

Pourquoi le fabricant tunisien a-t-il cessé d’en fournir ? S’agit-il d’un «produit» non rentable ? Ne dispose-t-il pas des  molécules ou produits de base qui lui permettent d’en fabriquer ? La réponse se trouve au niveau  de ladite société et nous a été donnée par Mme N.C. Il se trouve que «ce fabricant dépend d’un autre laboratoire qui lui fournit un des composants et que ces derniers mois des problèmes techniques l’empêchent d’assurer la fourniture.

La reprise est prévue pour le mois de novembre si tout va bien».

La boîte tunisienne renferme quatre doses, elle coûte, d’après l’étiquette de la dernière boîte achetée et que nous avons sous les yeux, cinq dinars deux cent trente millimes. Celle venant de Turquie, en contient cinq et est beaucoup moins chère. Elle ne coûte qu’un dinar sept cents millimes !

Nous sommes de fervents supporters des produits tunisiens, mais… à qualité et prix égaux. Cette énorme différence de prix est incompréhensible.

Espérons qu’à la reprise, on tiendra compte de ce facteur pour… ne pas perdre ce marché.

Charger plus d'articles
Charger plus par Kamel GHATTAS
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire