L’infrastructure de base a souffert des fortes précipitations et des inondations de l’hiver dernier.

Une conférence scientifique de sensibilisation sur le thème des changements climatiques a été tenue récemment à l’Hôtel de Ville de Bizerte.

L’ expert en climatologie, Hamdi Hached, qui est revenu sur l’histoire des changements climatiques et leurs causes dans le monde, a mis l’accent sur les catastrophes survenues dans la ville de Bizerte qui a enregistré l’année dernière des inondations en plein été ; chose qui n’est pas normale ni habituelle pour une ville côtière, pseudo-île, entourée par la mer des trois côtés.

En fait, l’infrastructure de la ville s’est de plus en plus dégradée à cause  des inondations répétitives dues aux fortes pluies qui se sont abattues l’hiver dernier. Une circulation bloquée, des magasins fermés, des voitures qui flottent sur l’eau!

Des causes multiples

Selon les lois de l’hydrologie, on ne doit jamais changer la direction d’un écoulement d’oued, également on ne doit pas construire sur le lit majeur d’une rivière car l’eau a une mémoire et revient toujours à son chemin d’origine.  Malheureusement, ceci n’a pas été respecté, ce qui a contribué à aggraver la situation, explique l’expert.

D’autre part, nous savons que la circulation gravitaire des eaux se base sur la recherche du point le plus bas sous l’effet de la pesanteur.  Toutefois, quand tous les chemins sont bouchés, l’eau ne peut que stagner. Et c’est exactement ce qui s’est passé à Bizerte, surtout après les travaux de remblaiement de la plage par la Marina qui ont obturé tous les écoulements des eaux vers la mer.

En plus de l’existence d’un barrage juste avant le canal. S’ajoute à cela une infrastructure qui laisse à désirer. Conséquence : on observe une rétention importante des eaux de pluie qui survient  dans l’avenue principale, veine de la ville, l’avenue Habib-Bourguiba comme c’était le cas en août dernier.

Constructions intelligentes

D’un autre côté, dans son allocution, Nesrine Hammami, architecte urbaniste, a présenté plusieurs solutions innovantes dont celles des constructions intelligentes qui permettent d’économiser l’énergie et de réduire les émissions à effet de serre  responsables du réchauffement solaire, principale cause des changements climatiques.

En effet, le siècle dernier, les moyennes des températures ont augmenté de 0.8 degré Celsius et devraient, selon les estimations, atteindrait 4.5 degrés Celsius à l’horizon de 2100, ce qui provoquera la fonte des glaces et la dilatation des eaux. Le niveau de la mer a augmenté de 20 cm le siècle dernier et l’estimation est de l’ordre de 82 cm vers la fin de ce siècle. 

C’est pour cela que nous devons penser à des solutions  efficaces et durables pour protéger nos villes et penser aux générations futures avant de prendre des décisions qui peuvent être nocives et pour nous et pour notre environnement et notre bien-être. Cette conférence a permis d’esquisser des solutions  qui devraient être traduites en mesures concrètes pour peu que les décideurs aient la volonté et le courage de le faire.

Sarah Ben Omrane

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *