Quand les réactions populistes l’emportent sur la pondération et sur la modération, quand la confusion triomphe du rationalisme et quand les pseudo-politiciens supplantent injustement les élites confirmées, seules ayant le droit de parler dans les moments difficiles ou de crise et seules pouvant représenter les Tunisiens et s’exprimer en leur nom, au plan national et international, il ne faut pas s’étonner de voir les populistes et les opportunistes qui attendent les moments difficiles pour berner l’opinion publique, percer, émerger et occuper la scène médiatique dans le but de répandre leurs mensonges et par ricochet altérer, encore plus, l’image de notre pays à l’étranger comme étant l’un des premiers terreaux du terrorisme et de l’exportation des semeurs de la mort à l’étranger. 

Les propos répandus par certains députés et clients de Facebook sur le fâcheux attentat terroriste perpétré récemment contre un enseignant français ainsi que les commentaires qui ont accompagné les discours du président français Macron qui a décidé d’éradiquer le terrorisme islamiste de son pays et de faire face, avec vigueur et force, aux extrémistes qui cherchent à faire basculer la France dans la terreur, la peur et la haine, se trompent lourdement de combat  et induisent sciemment les populations qu’ils prétendent éclairer, lesquelles populations sont totalement conscientes que la guerre n’oppose pas les Français à la religion musulmane, la religion du dialogue et de la tolérance par excellence. Elle oppose, plutôt, les apôtres de l’obscurantisme, de l’intolérance et les marchands de la mort, de la haine et de la violence à ceux qui défendent les valeurs républicaines. Et ce ne sont pas uniquement les Français mais aussi les hommes libres de par le monde entier mobilisés pour défendre la liberté, la compréhension et la coexistence pacifique entre les peuples et le dialogue libre et responsable entre les religions, les cultures et les civilisations.

La Tunisie, qui a toujours fait de ces valeurs cardinales le fondement essentiel de son approche civilisationnelle sur laquelle elle fronde son apport spécifique à l’enrichissement de la civilisation humaine et à la création de l’histoire, ne peut en cet instant historique que s’indigner des pratiques exercées par ces égarés qui ternissent sa réputation de pays de dialogue et de tolérance dans leur plus grandiose illustration et exprimer, haut et fort, comme l’a souligné, ces derniers jours, le Président Kaïs Saïed, son alignement aux côtés des forces de la démocratie et de la liberté contre l’obscurantisme, le terrorisme et les marchands de la haine et de la mort, quels que soient les habits qu’ils mettent ou les discours qu’ils professent.

  • De l’obligation scolaire…

    La Tunisie enregistre, chaque année, plus de cent mille cas d’abandon scolaire. Depuis 201…
  • Dialogue national

    LES appels à l’organisation d’un dialogue national qui devrait déboucher sur la mise en pl…
  • On ne retient que le négatif !

    Il serait illusoire de se voiler la face devant ce qui se passe chez nous. La crise financ…
Charger plus d'articles
Charger plus par Abdelkrim DERMECH
  • De l’obligation scolaire…

    La Tunisie enregistre, chaque année, plus de cent mille cas d’abandon scolaire. Depuis 201…
  • Dialogue national

    LES appels à l’organisation d’un dialogue national qui devrait déboucher sur la mise en pl…
  • On ne retient que le négatif !

    Il serait illusoire de se voiler la face devant ce qui se passe chez nous. La crise financ…
Charger plus dans Editorial

Un commentaire

  1. omar assala

    26/10/2020 à 20:09

    Editorial laudateur au service du Macronisme !

    Répondre

Laisser un commentaire