• Couvre-feu généralisé sur tout le territoire• Interdiction des déplacements entre les gouvernorats, sauf pour les cas exceptionnels et les étudiants• Suspension des cours dans les écoles, les collèges et les lycées jusqu’au dimanche 8 novembre• Arrêt des cours dans les universités publiques et privées pendant deux semaines et l’adoption des cours à distance.• Poursuite de l’horaire administratif exceptionnel jusqu’au 15 novembre prochain• Fermeture des cafés et des restaurants à partir de 16h, avec le respect de la capacité d’accueil ne dépassant pas 30% dans les espaces fermés et 50% dans les espaces ouverts• Suspension des prières dans les mosquées jusqu’au 15 novembre

Au vu des derniers chiffres présentés par le ministère de la Santé et aux cris d’alarme des différents membres du Comité scientifique de lutte contre la pandémie, il fallait agir. Conscient de la nette dégradation de la situation épidémiologique, qui risque d’empirer durant les semaines à venir, la présidence du gouvernement est passée à l’action en annonçant de nouvelles mesures encore plus strictes.

En effet hier à l’aube, la présidence du gouvernement a annoncé une batterie de nouvelles mesures dans l’objectif de freiner la propagation du coronavirus, prévoir la dégradation de la situation, et protéger le système sanitaire, portant notamment sur la suspension des cours et l’interdiction des déplacements entre les gouvernorats. Selon le porte-parole du ministère de l’Intérieur, ces mesures entreront en vigueur à compter d’aujourd’hui, vendredi.

D’après un communiqué publié par la présidence du gouvernement, Mechichi a appelé tous les gouverneurs à décréter le couvre-feu dans toutes les régions de 20h à 05h du lundi au vendredi et de 19h à 05h pendant le week-end (samedi et dimanche). Il s’agit également de fermer les cafés et les restaurants à partir de 16h avec le respect de la capacité d’accueil fixée à 30% dans les espaces clos et à 50% dans les espaces ouverts. Les déplacements entre les différents gouvernorats seront également interdits sauf pour les étudiants et pour certains cas exceptionnels. La circulation entre les gouvernorats du Grand Tunis n’est pas en revanche concernée par ces nouvelles dispositions.

Par ailleurs, les cours seront suspendus dans tous les établissements éducatifs : écoles, collèges et lycées du mercredi 28 octobre à la fin des cours jusqu’au dimanche 08 novembre prochain. Les cours présentiels sont aussi suspendus à partir de lundi prochain dans toutes les universités publiques et privées pendant deux semaines. En revanche, les cours se poursuivront à distance et les foyers resteront ouverts. Notons que les crèches et jardins d’enfants ne seront pas fermés.

Mechichi a, également, décidé la poursuite de l’horaire administratif exceptionnel jusqu’au 15 novembre prochain et la fermeture des lieux de culte jusqu’à la mi-novembre. Toujours selon cette annonce, toutes les manifestations publiques et privées seront également suspendues du vendredi 30 octobre jusqu’au 15 novembre et tous les rassemblements dépassant 4 personnes seront interdits dans tous les lieux publics à l’exception des moyens de transport.

Les achats publics confiés à la Santé militaire

Le Chef du gouvernement a aussi décidé d’exclure tous les achats relatifs à la lutte contre le coronavirus du décret organisant les appels publics et de charger une commission au ministère de la Défense nationale présidée par le directeur général de la santé militaire de ce dossier. Car en effet, le Chef du gouvernement avait à maintes reprises épinglé les lourdes barrières bureaucratiques et la complexité du système des achats publics en Tunisie qui ne peuvent pas répondre aux exigences de l’actuelle situation sanitaire. Le communiqué a réaffirmé la nécessité d’adopter les gestes barrières comme la distanciation sociale et le port du masque et de veiller à l’application rigoureuse des protocoles sanitaires en sanctionnant tous les contrevenants. Des campagnes quotidiennes de contrôle seront, d’ailleurs, organisées dans toutes les délégations avec la fermeture immédiate de tout local qui ne respecte pas ces mesures.

Selon la même source, ces mesures ont été décidées à la lumière de l’évolution de la situation épidémiologique dans le pays et des rapports présentés par tous les membres de la commission scientifique et les ministres de l’Economie, de l’Education, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et des Affaires sociales.

Faire face au pire scénario

La Tunisie fait actuellement face au pire scénario de la généralisation de la contamination au coronavirus sur son sol. Selon le ministère de la Santé, la situation risque d’empirer lourdement durant les semaines à venir, notamment en ce qui concerne l’augmentation du nombre des morts. Ce que les autorités redoutent le plus n’est autre que l’effondrement dus système sanitaire et hospitalier qui fait déjà face à la saturation de certains établissements. En effet, la capacité d’accueil des patients atteints du Covid-19 est épuisée dans certains hôpitaux du pays, avait souligné dernièrement le directeur général des structures de santé au ministère de la Santé, Mohamed Mokdad.

Le ministère de la Santé avait annoncé 2.125 nouvelles contaminations par le coronavirus en date des 25 et 26 octobre suite aux 5.968 tests effectués. Soit un taux de positivité de 35,6%. Par ailleurs, 52 personnes sont décédées des suites du coronavirus, portant le nombre total des décès à 1.153 depuis l’apparition du virus. Soit un taux de mortalité de 9,7 pour chaque 100 mille habitants depuis le début de la pandémie.

Au cœur de cette généralisation de la contamination, les établissements éducatifs sont lourdement impactés. Selon un dernier bilan du ministère de l’Education, 1.776 cas confirmés de contamination au coronavirus ont été enregistrés au sein de 853 établissements scolaires entre le 15 septembre et le 27 octobre 2020. Il s’agit de 752 élèves, 815 enseignants et 168 cadres administratifs, pédagogiques et surveillants, alors que les cas enregistrés au sein des travailleurs ont atteint 46.

Le Chef du gouvernement a estimé que les résultats obtenus jusqu’à présent sont en deçà des attentes, appelant «à la nécessité de respecter les mesures prises au niveau national et régional, pour endiguer la propagation du Covid-19 et à assurer la gestion immédiate de l’évolution de la situation épidémiologique, instant par instant».

Charger plus d'articles
Charger plus par Mohamed Khalil JELASSI
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire