L’attaque terroriste survenue, jeudi dernier, à Nice, au sud de la France, et ses répercussions ont été au centre d’une réunion, ce samedi matin, entre le chef du gouvernement Hichem Mechichi, le ministre de la Justice, Mohamed Boussetta, le ministre des Affaires étrangères, de la Migration et des Tunisiens à l’étranger, Othman Jerandi, et le ministre de l’Intérieur, Taoufik Charfeddine.

Au début de la réunion, Mechichi a, fermement, condamné « cette attaque terroriste brutale et lâche » qui a ciblé des « citoyens innocents dans un lieu où règne un climat paisible et rassurant », appelant à la solidarité et à la fraternité entre les peuples.

« La Tunisie et les Tunisiens qui ont souffert des ravages du terrorisme et dont les enfants ont payé de leur sang en luttant contre ce fléau sont, aujourd’hui, au premier rang des peuples libres du monde entier pour combattre tous ceux qui ont choisi de sombrer dans les méandres du terrorisme », a-t-il affirmé.

Le chef du gouvernement a, dans ce contexte, exprimé la solidarité de la Tunisie avec le gouvernement et le peuple français ami, présentant ses plus vives et sincères condoléances aux familles des victimes, lit-on dans un communiqué de la présidence du gouvernement.

S’adressant aux ministres de l’Intérieur et de la Justice, Mechichi a souligné l’impératif d’accorder le plus grand intérêt à cette affaire et de mener une enquête pour déterminer les circonstances de l’attaque et identifier les éléments pouvant être impliqués dans la planification, la préparation et l’exécution.

Il a insisté, à cet égard, sur la nécessité d’apporter le soutien requis aux forces sécuritaires françaises à ce sujet.

« Il est important de conjuguer tous les efforts régionaux et internationaux pour la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent et la prévention contre ses graves répercussions sur la sécurité et la stabilité des peuples », a-t-il encore dit, estimant que « la tolérance, la modération et le dialogue devraient être des principes communs à l’humanité entière ».

Le ministère public près le pôle judiciaire de lutte contre le terrorisme a ouvert une enquête judiciaire, jeudi, pour suspicion de commission par un Tunisien d’un crime terroriste ayant fait des morts et des blessés hors des frontières.

La police française avait indiqué qu’un homme a attaqué au couteau plusieurs personnes dans la basilique Notre-Dame de l’Assomption à Nice, faisant trois morts dont une femme et des blessés. Touché lors de son interpellation, l’assaillant a été conduit à l’hôpital.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse avec TAP
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire