Entre -temps, les Egyptiens tiennent mordicus à organiser le Mondial. Advienne que pourra !

Le sept national a remis le cap, hier, sur son Q.G. de Nabeul pour un cinquième rassemblement en prévision du championnat du monde qui se déroulera du 13 au 31 janvier prochain en Egypte. La seule nouveauté dans ce stage réside dans le retour de Assil Namli (EST ) et Ghali Ben Ghalia  (ESS ) enfin rétablis, après deux semaines d’hospitalisation suite à leur contamination par le coronavirus. Sinon, c’est le… ronron de toujours: convocation des mêmes joueurs, zéro match amical et obstination à ne plus puiser dans la liste élargie. Bizarre! D’autant plus que nous avons constaté le même encombrement dans le poste d’arrière gauche où se tiennent en mouchoir, tenez-vous bien, pas moins de six joueurs ! Quelque quatre gardiens de but — excusez du peu — ont été convoqués, alors que le poste d’ailier gauche ne compte qu’un seul occupant, après avoir été curieusement privé de ses deux principaux spécialistes, Oussama Boughanmi et Rafik Bacha. C’est donc dans l’indifférence que se déroule ce rassemblement  (sans les pros ).Indifférence doublée d’incertitudes sur le maintien, ou pas, des prochains tournois de Suisse, du Qatar et du Bahreïn. Dans cette morosité ambiante, la fédération, qui croule déjà sous le poids asphyxiant d’une crise financière sans fin, est « condamnée « à débloquer la bagatelle de six mille dinars au début de chaque stage de la sélection pour faire subir les tests PCR aux joueurs et à leurs staffs technique, médical et administratif. Le Covid-19 en a décidé ainsi, mais en réalité, mieux vaut prévenir que guérir.

Les Pharaons y tiennent 

En Egypte, par contre, c’est un autre combat d’une autre dimension qu’on est en train de mener avec une rare détermination. En effet, les Pharaons tiennent mordicus à ce que le Mondial soit disputé selon la date et le programme initialement fixés…n’en déplaise à plusieurs nations, telles que la Russie, l’Espagne, l’Allemagne et surtout la France qui luttent encore farouchement pour le report de cette édition à cause des menaces qui perdurent du coronavirus.

N’y prêtant pas d’attention, les Egyptiens continuent d’envoyer des signaux rassurants à leurs prochains hôtes étrangers, en exhibant ,via une offensive médiatique tous azimuts, la beauté et la grandeur des quatre sites de la compétition nouvellement retapés à neuf, tout en s’engageant à. ..prendre en charge les frais des tests PCR, les billets d’avion et le séjour des 32 délégations participantes ! Du jamais vu dans les annales du championnat du monde de handball.

Charger plus d'articles
Charger plus par Mohsen ZRIBI
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire