Dans le cadre de son plan d’expansion et de croissance, la firme Koïos Intelligence, fondée en 2017 par le jeune tunisien Mohamed Hanini à Montréal, vient d’annoncer son installation en Tunisie. Cette implantation vient renforcer la présence de Koïos Intelligence en Afrique et, plus particulièrement, dans les pays arabes.
En novembre 2018, le président général de Koïos Intelligence a fait la tournée des universités tunisiennes dans le but de former un noyau fort en recherche et développement visant l’intelligence artificielle (AI) et l’accélération de calcul, selon lui l’enjeu de demain. Après un travail de prospection, la firme montréalaise a récemment transféré ses activités de recherche et développement dans le parc technologique El Ghazela.

Relever les défis les plus importants
Son équipe de recherche et développement dispose désormais d’un laboratoire situé dans un emplacement stratégique sur le campus, juste à côté des meilleures écoles d’ingénierie de Tunis. «Koïos collabore présentement sur plusieurs projets avec de grandes institutions financières au Canada, en France, aux Emirats et récemment en Tunisie.
Sa mission principale est de relever les défis les plus importants des secteurs de l’assurance et de la banque au cours des prochaines années, alors que le monde continue de s’orienter vers un paradigme fondé sur les données», précise Mohamed Hanini, fondateur et chef de la direction de Koïos Intelligence, dans une déclaration accordée à La Presse.
Il ajoute que Koïos fait déjà partie de cette révolution et s’engage à jouer un rôle majeur dans le développement de la prochaine génération de technologies. A cet égard, elle va entraîner la prochaine génération de scientifiques et de spécialistes en actuariat, en finance et en assurance, et les préparer à la nouvelle réalité du futur proche, qui nécessitera une méthodologie talentueuse et hautement qualifiée en méthodologie de l’intelligence artificielle et de la recherche opérationnelle.

Assurer une intégration fluide
«J’ai toujours cru à cette révolution technologique et j’ai passé les 15 dernières années dans la modélisation des données, fascinée par l’apprentissage statistique et l’accélération de calcul. Les avancées sont telles aujourd’hui que le défi de demain, c’est d’accélérer l’entraînement des systèmes intelligents dans l’écosystème financier exposé aux données massives. Mes recherches et mes expériences m’ont bien préparé à relever ce défi avec mon équipe», souligne-t-il.
Le jeune startapeur affirme, également, que la firme compte, en outre, sur l’appui du réputé professeur et chercheur universitaire, Manuel Morales, présentement Chef Scientifique en IA à la Banque nationale. En tant que cofondateur de l’initiative Koïos, Manuel siège désormais au conseil d’administration avec Me Philippe Bélanger, avocat chez McCarthy Tétreault, et Kais Elloumi, dirigeant du groupe Elloumi, une multinationale opérant dans 25 pays, aussi membre du conseil.
D’après Hanini, l’expertise de Koïos Intelligence a permis une intégration très fluide et active dans l’écosystème tunisien. Les fondateurs de la firme montréalaise sont convaincus de la cohérence qui existe entre la stratégie de l’entreprise et l’orientation de la stratégie politico-économique tunisienne concernant l’économie numérique.

Une démarche intelligente
En effet, la digitalisation de l’information et le rôle de levier qu’apporte l’intelligence artificielle dans une économie moderne et compétitive sont, depuis plusieurs années, des axes stratégiques adoptés par plusieurs pays y compris la Tunisie. Dans cette optique, Koïos Intelligence adopte une démarche intelligente pour relever un enjeu important dans l’IA appelée l’«Explicabilité de l’IA» ou bien l’«IA explicable», ce qui représente un nouveau défi à surmonter par les «data scientists». L’IA explicable permet de démystifier les processus de prise de décision et des algorithmes de «Machine Learning»; mais elle aura, principalement, un impact direct sur la performance et la robustesse des outils de l’IA. En effet, ceci va permettre de comprendre l’impact des variables dans une Big Data, de suivre l’acheminement des données statistiques et de détecter les anomalies existantes dans les modèles conçus de l’IA. Par conséquent, une solution peut être mise en œuvre pour colmater ces failles et obtenir un modèle robuste et beaucoup plus performant.
«L’évolution doit être à pas sûrs pour bâtir des connaissances solides étalées sur plusieurs axes de recherche, ce qui va permettre à Koïos Intelligence de jouer positivement un rôle très important dans un écosystème qui regroupe les startups et les universités privées et étatiques. Evidemment, l’industrie financière en tirera grand profit…», souligne-t-il.

Charger plus d'articles
Charger plus par Meriem KHDIMALLAH
Charger plus dans Economie

Laisser un commentaire