Selon l’Observatoire national de l’agriculture (Onagri), la balance commerciale alimentaire a enregistré un déficit de 364,8 MDT durant les quatre premiers mois 2019, soit un taux de couverture de 83,1%. Notons qu’à la même période en 2018, un excédent de 219,5 MDT a été réalisé pour un taux de couverture de 112,1%.
On explique ce déficit par une baisse des exportations de 12% contre une augmentation de 18,6% des importations. Cette baisse est due essentiellement à la régression des exportations d’huile d’olive de 43% en valeur (579 MDT), selon le ministère de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche, et ce, malgré une progression des exportations des autres produits agricoles, tels que les dattes (15%), les agrumes (25%) et les produits de la mer (35%).

Hausse des importations de blé
L’Onagri précise que les prix à l’exportation ont observé une baisse de 5,5% pour l’huile d’olive par rapport à la même période en 2018. Mais une augmentation a été enregistrée pour les dattes et les produits de la pêche de 22% et de 10,4% respectivement.
En ce qui concerne les importations, elles ont atteint 2158,8 MDT, grâce à la hausse des importations de blé dur (22%), de blé tendre (50%), de l’orge (126%), du maïs (32%), etc.
A ce niveau, les prix à l’importation des céréales ont connu une forte hausse, d’après l’Onagri. Le prix du blé tendre a augmenté de 51,8%, celui de l’orge de 43,5%, du blé dur de 22,4%. D’autres produits, comme la pomme de terre, ont vu aussi leur prix évoluer de +116,8%, contre une baisse des prix des viandes de 10,1% et du lait et dérivés de 14,1%.

Charger plus d'articles
Charger plus par Maha Ouelhezi
Charger plus dans Economie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *