Le onze national se trouve devant l’obligation de se racheter de son manque de réussite devant la Tanzanie qu’il retrouvera ce soir dans son propre fief.


Ce soir, au stade national Benjamin Mkaya de Tanzanie, notre onze national sera accueilli par un public nombreux d’environ trente mille âmes de supporters inconditionnels qui encourageront à cor et à cri leurs «stars du Kilimandjaro». Bien entendu, les fans de la Tanzanie seront sous l’emprise d’une obsession revancharde après la défaite de leur team national (0-1) à Radès vendredi dernier.

Voilà, c’est en gros l’ambiance qui attend notre sélection pour le compte de ce match de la quatrième journée des éliminatoires de la CAN 2021 dont la phase finale aura lieu au Cameroun.

Du coup, les Tanzaniens, qui convoitent encore la deuxième place, nourrissent l’espoir de damer le pion à cette équipe de Tunisie qui n’est pas parvenue à leur infliger la défaite éclatante qu’il fallait il y a quelques jours. En effet, la courte victoire de la Tunisie donnera des ailes aux Tanzaniens et les motivera pour lui rendre la monnaie de sa pièce en étant transcendés par les leurs à domicile.

La qualification et la manière

En revanche, les nôtres doivent se comporter comme s’ils n’avaient d’autre alternative que de gagner en Tanzanie même pour décrocher leur visa pour la phase finale de la CAN. Ils sont sommés de nous faire oublier leur piètre prestation de Radès et de faire fi de l’esprit revanchard de l’adversaire et du retentissant soutien de son public.

Il n’y aura pas trente-six mille façons pour que les protégés de Mondher Kebaïer rassurent leurs supporters qui se trouvent déçus par leur errance incompréhensible lors du dernier match.

Mathématiquement, il ne reste plus qu’un seul petit point à récolter pour se qualifier à la phase finale, mais ça ne tient pas qu’à cela.

Seuls une nette domination chez les Tanzaniens et un certain nombre de buts sont susceptibles de nous réconcilier avec le Club Tunisie que nous croyons capable de parvenir à ses fins avec du réalisme et beaucoup de concentration devant les buts adverses.

Une attaque à remanier

Comment doit-on s’y prendre pour ce faire ? Ce n’est pas sorcier car avec l’effectif dont dispose actuellement Mondher Kebaïer (qui reste quand même perfectible), il n’est pas difficile de faire le choix optimal pour aligner la meilleure formation.

Lors du match aller, la Tunisie avait affronté un adversaire qui n’avait ni l’ambition ni les moyens de l’inquiéter offensivement. Et c’est à un interlocuteur qui n’avait pour soucis que d’éviter une large défaite qu’on avait affaire. Aujourd’hui, ce ne sera pas le cas, et ce, pour diverses raisons. D’abord, il y aura le grand public qui sera des plus exigeants. Ensuite, il y aura la confiance, quelque peu retrouvée chez les joueurs tanzaniens, après le net manque de réussite de l’attaque tunisienne à l’aller. Ce fait permettra à l’adversaire de se ruer plus massivement en attaque pour tenter de damer le pion à notre sélection. Et c’est sûrement cette approche qui doit être exploitée à bon escient par le timonier national.

Beaucoup d’espaces seront laissés ainsi à nos joueurs. Il faudra juste en profiter pour des contres bien construits et plus rentables. A notre avis, Naïm Sliti et Seifeddine Khaoui, des joueurs explosifs, seront les mieux indiqués pour cette mission en attaque. Mais derrière eux, un régisseur franc doit être choisi entre Khazri et Ben Slimane afin que les opérations offensives soient bien orchestrées.

C’est qu’à chaque match ses exigences qui dictent le choix des hommes qu’il faut.

Charger plus d'articles
Charger plus par Amor Baccar
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire