Orphelines, elles risquent d’être confondues à des grains de beauté ou à des taches de rousseur. Or, elles ne sont ni l’une ni l’autre ! Les taches brunes, appelées également « taches de vieillesse», «taches de soleil»  ou «lentigo» constituent des taches sur-pigmentées, revenant à une exposition répétitive ou prolongée aux rayons UV. En effet, exposée d’une manière répétitive ou prolongée au soleil, la peau surproduit la mélanine. Sécrétée d’une manière excessive, cette dernière conduit nécessairement à une sur-pigmentation, d’où l’apparition des taches brunes.

Certes, le lentigo se manifeste, dans la majorité des cas, après l’âge de 40 ans, d’où son appellation «taches de vieillesse». Cela dit, il ne revient nullement à l’âge mais à des expositions répétitives au soleil. Les taches brunes peuvent aussi être décelées chez des sujets jeunes, et ce, en raison de l’exposition excessive de la peau au soleil.

Il est bon de savoir qu’une tache brune est, par définition, une tache de couleur marron, de forme ronde ou ovale et plate. Elle apparaît sur les parties du corps les plus exposées au soleil comme le visage, le cou, les épaules et le dos de la main. Les personnes les plus à risque sont celles de couleur de peau très blanche.  N’empêche que des personnes ayant la peau plus ou moins foncée peuvent aussi présenter des taches brunes.

Tache brune ou mélanome ?

Bien que bénignes, les taches brunes impliquent une surveillance médicale régulière, et ce, afin de dépister un éventuel mélanome ou cancer de la peau. D’ailleurs, seul le dermatologue est à même de distinguer entre les taches brunes dans leur aspect bénin, des grains de beauté, des lésions de la peau semblables à des verrues et appelées «kératoses séborrhéiques», mais aussi du mélanome.

Le diagnostic obéit à un protocole bien défini. Il peut se suffire à la seule observation, par le médecin, à l’œil nu de la tache brune. En cas de suspicion, le recours au dermoscope (sorte de loupe) peut aider le médecin à trancher. Cela dit, si le médecin semble hésitant, le recours à la biopsie s’impose. Cet examen consiste en le prélèvement d’une partie de la peau en question pour l’examiner au microscope.

Encore faut-il souligner qu’une tache brune qui change d’aspect peut trahir un mélanome, d’où l’importance d’un contrôle régulier auprès du dermatologue. Pour prévenir les taches brunes, il convient d’opter pour les mesures de précautions anti-coups de soleil, notamment appliquer un écran solaire, porter un chapeau, porter des vêtements en coton blanc durant la saison estivale et éviter toute exposition prolongée au soleil, surtout en été.

IPL, cryothérapie et peeling

S’agissant des traitements préconisés contre les taches brunes, ils se répartissent en deux catégories : les crèmes de dépigmentation, dont l’effet est à discuter, et les traitements quelque peu agressifs, opérés par le dermatologue. Pour en finir avec une tache brune, il est possible d’opter pour un traitement par laser ou Intense Polused Light ( IPL). Ce traitement consiste à détruire les mélanocytes et la mélanine pour faire disparaître, petit à petit, les taches brunes.  La cryothérapie, quant à elle, consiste à verser de l’azote liquide sur les taches brunes pour les dépigmenter. Cette technique est, certes, déconseillée pour les peaux mates et implique — tout comme le traitement par laser — une non-exposition au soleil pendant au moins une dizaine de jours.

Autre traitement possible : le peeling consiste à appliquer un acide sur la peau sur-pigmentée afin de l’exfolier et d’éliminer, ainsi, les taches brunes. Quoi qu’il en soit, le choix du traitement visant l’estompage des taches brunes dépend de l’avis du médecin, lequel se doit d’être en concertation avec le patient,  mais  aussi du type de la peau en question.

* Source : www.passeportsante.net

Charger plus d'articles
Charger plus par Dorra BEN SALEM
Charger plus dans Magazine La Presse

Laisser un commentaire