La légende du football Diego Maradona est décédée ce matin à la suite d’un arrêt cardio-respiratoire à l’âge de 60 ans.

C’est une triste nouvelle pour les amateurs de football. Mais c’est désormais officiel : Diego Armando Maradona est décédé des suites d’un arrêt cardio-respiratoire.

Disparu dans la banlieue de Buenos Aires alors qu’il venait de fêter son soixantième anniversaire et était entraîneur du Gimnasia la Plata, Mardonna avait forgé sa légende lors du Mondial 1986 au Mexique, remporté par l’Argentine, avec cinq buts et cinq passes en sept rencontres, dont le quart de final mémorable contre l’Angleterre.

Dans ce duel rendu bouillant par l’affrontement des deux pays aux Malouines, le malicieux Peluso marquera d’abord de la main avant de
dribbler victorieusement toute l’équipe adverse.

Ce but a été consacré comme le plus beau du XXe siècle par la FIFA en 2002.

Malgré un Mondial 1982 raté et une Coupe du monde 1990 perdue en finale et marquée par les sifflets italiens à son encontre, Diego Maradona (34 réalisations en 91 sélections) a aussi été élu meilleur joueur de l’histoire des Coupes du monde par le Times, devant Pelé et Beckenbauer.

Idole argentine, Diego Maradona l’est également à Naples, qui l’avait transféré pour un montant record à l’époque (7,5 millions de dollars).

Accueilli par 75 000 personnes au San Paolo lors de l’été 1984, il va vite s’imposer comme l’un des meilleurs joueurs du monde. Entre 1987 et 1990, il est au sommet de son art. Il remporte le doublé Coupe-Championnat 1987, est sacré meilleur buteur de la Serie A 1988, gagne la Coupe de l’UEFA 1989 (avec une note de 10/10 de la Gazzetta en finale contre Stuttgart) puis
encore un Scudetto en 1990.

Au Napoli, il trouvera plus d’amour qu’au Barça (1982-1984), où il a joué deux saisons et passé des moments contrastés : 38 buts en 58 matches et un titre de meilleur joueur de Liga, mais également onze mois sans compétition
(hépatite, fracture d’une cheville, suspension).

Il restera évidemment dans le coeur des fans du Séville FC (1992-1993), où il a été décisif vingt fois en trente matches de Liga et Copa del Rey.
Mais c’est du côté de Boca Juniors et d’Argentinos Juniors qu’il faudra aussi se tourner pour revenir sur le génie qu’il était.

Sous le maillot xeneize, il a explosé à l’âge de 21 ans en remportant le titre de champion.

Une confirmation, déjà, pour celui qui avait été appelé en équipe d’Argentine à 16 ans seulement et avait débuté à 15 ans et 11 mois par un petit pont sur sa première action avec les pros d’Argentinos Juniors. Un club formateur qui l’a vu inscrire 115 buts en 166 rencontres.

Tout cela lui a permis d’être sacré meilleur réalisateur du championnat argentin cinq
fois de suite. Record inégalé.

Cette grande carrière a été jonchée de frasques sur les terrains et en dehors. Car, à l’inverse de l’autre idole argentine Lionel Messi, Diego
Maradona était tout sauf « lisse ». En mars 1991, il a été contrôlé positif à la cocaïne après un match joué avec Naples contre Bari. Suspendu quinze mois, il est rentré en Argentine où il a écopé de 14 mois de prison avec sursis pour possession de drogue lors d’un contrôle de police quelques semaines plus tard.

A 34 ans, il a encore été contrôlé positif, à plusieurs types d’éphédrine cette fois-ci, à l’occasion d’un Argentine-Nigeria du
Mondial 1994.

Sa retraite ne redorera pas son image. Poursuivi par le Fisc italien et les tests de paternité, il passera plus de temps en cure de désintoxication et d’amaigrissement ainsi que sur les plateaux de télévision qu’au bord des
terrains où sa carrière d’entraîneur ne sera pas à la hauteur de celle du joueur (moins de 200 matches au total avec notamment la sélection
argentine, Al Wasl émirati ou Gimnasia la Plata).

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire