Les députés de l’Assemblée du peuple (ARP) ont critiqué la situation du transporteur aérien national (Tunisair) actuellement sans PDG, malgré la conjoncture difficile à laquelle il fait face.

Lors d’une plénière tenue, jeudi, pour discuter du projet de budget du ministère du transport et de la logistique, les députés Mustafa Ben Ahmed et Ahmed Essegaier se sont interrogés sur les causes entravant la nomination d’un nouveau PDG à la tête de Tunisair, depuis le limogeage d’Elyes Mankbi (juillet 2020), malgré la situation financière difficile dans laquelle vit le transporteur national, à cause de la pandémie du Coronavirus qui a impacté son activité.

Il convient de rappeler que le ministère du Transport a annoncé, en octobre 2020, la nomination de Wasef Ayadi en tant que DG de Tunisair, ingénieur en aviation en charge d’un projet de développement d’appareils techniques, au sein de la compagnie aérienne allemande « Lufthansa ».

À peine deux semaines après sa nomination, Ayadi s’est désisté avant qu’il n’entame officiellement sa mission.

Les députés ont évoqué la situation financière et les indicateurs de l’entreprise qui frôle la faillite, après avoir été classée, en 2008, parmi les entreprises tunisiennes bénéficiaires.

Le même député a appelé à focaliser le débat sur l’activité du fret à l’instar de ce qui a été fait par les entreprises aériennes internationales dans un contexte caractérisé par une crise mondiale dans le domaine du transport aérien, proposant de changer la vocation d’un seul avion parmi les unités dont dispose l’entreprise, en se spécialisant dans le transport des marchandises.

Les députés se sont interrogés sur le plan de réforme de l’entreprise et la question des vols d’avions non fonctionnels.

Le transporteur aérien national souffre des difficultés financières ainsi que le retard au niveau des horaires des voyages, ce qui la met au bord de la faillite.

Les indicateurs financiers se dégradent sensiblement.

Des défaillances ont été enregistrées au niveau de ses équilibres financiers, sans oublier le déficit de liquidités et l’amplification de l’endettement.

La crise du covid-19 a attisé la situation en approfondissant les difficultés après le gel du transport aérien en mars dernier.

Il convient de noter que Tunisair a présenté un plan de sauvetage d’urgence s’ajoutant au plan de restructuration élaboré en mai 2019.

Les données financières publiées sur le site de la Bourse des Valeurs Mobilières de Tunisie, ont révélé que les recettes du transport ont régressé au cours de la même période de 95% et a transporté au cours du deuxième trimestre 2020, près de 23 mille voyageurs, contre 846 mille personnes au cours de la même période 2019.

Sachant que le nombre de voyageurs a diminué au cours d’un semestre, passant de 1,66 million voyageurs à près de 580 mille personnes seulement.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse avec TAP
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire