Plus de 40 mille affaires de violence contre les femmes et les enfants ont été enregistrées en Tunisie au cours de la période entre février 2018, date d’entrée en vigueur de la législation relative à l’élimination des violences à l’égard des femmes, et décembre 2018, a indiqué la ministre de la Femme, de la Famille, de l’Enfance et des personnes âgées, Néziha Laâbidi, lors d’un débat organisé vendredi soir au Credif sur «l’égalité des salaires et l’accès des femmes aux postes de décision».

Dans un communiqué publié par le ministère de la Femme, Laâbidi a précisé que 6.500 appels ont été reçus sur le numéro vert, permettant de dénoncer les violences faites aux femmes, affirmant que les délégations régionales de la femme et de la famille ont pris en charge 1.600 femmes victimes de violence dans tous les gouvernorats avec une moyenne de 6 cas par jour, dont 62% sont victimes de violence matérielle et 5% de violence sexuelle.

La ministre a fait observer que le phénomène de la violence contre la femme se poursuit malgré l’entrée en vigueur de la législation relative à l’élimination des violences contre les femmes. Dans ce contexte, elle a appelé à l’élimination de toutes les formes de violence, de discrimination et d’exclusion basées sur le genre social et à consacrer l’égalité des chances entre les deux sexes au sein de la famille et dans l’espace public. (TAP)

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Actualités

Laisser un commentaire