La 31e session des JCC a pris fin hier soir à la Cité de la culture. Une cérémonie-hommage à l’image de cette édition organisée sous le signe de la résistance face à la pandémie et ses conséquences. Les invités toutes et tous issus du secteur du cinéma, de l’audiovisuel et autres se sont emparés du tapis rouge et des sièges de la grande salle de l’Opéra.

La cérémonie de clôture de cette édition exceptionnelle a été dirigée par Sami Bennour et le discours d’ouverture a rendu hommage à tous les participants, à l’équipe organisatrice dans les coulisses, au ministère, et à la direction artistiques et générale. En outre, les journées 2020 ont été une immersion et un retour aux origines du cinéma tunisien, maghrébin, arabe et africain, déjà primés depuis 1966 jusqu’en 2019. Les spectateurs ont ainsi pu participer à des expériences nouvelles comme le Drive In, revoir des classiques, découvrir quelques nouveautés en avant-premières comme le dernier film de Kaouther ben Henia L’homme qui a vendu sa peau, Le disqualifié de Hamza Ouni ou El Harba de Ghazi Zaghbani. Une première ivoirienne de Philippe Lacôte a eu lieu: La nuit des rois, et un film palestinien, 200 mètres de Amine Neyfa, a reçu un accueil chaleureux. Des courts métrages professionnels réalisés spécialement pour cette édition ont été présentés pendant la cérémonie d’ouverture, en prison et dans d’autres projections pour le public. Les JCC en prison ont clôturé leur 6e édition en réalisant des projections – débats dans des prisons tunisiennes. La radio JCC a vu défiler tous les acteurs, actrices et réalisateurs jeunes et connus participant à cette édition.

Sahar Yahyaoui, coordinatrice générale des JCC, s’est exprimée sur scène en soulignant le maintien et l’application stricte du protocole sanitaire pendant les projections. Le quotidienne des JCC est paru en ligne uniquement. Une installation visuelle, musicale et chorégraphique exprimant l’atemporalité du cinéma pendant cette manifestation a été présentée sur scène. Lilia Ben Romdhane, Zied Zouari, Nesrine Ben Arbia, Nesrine Mahbouli ont assuré sur scène, mis en scène par Chedli Arfaoui. Ibrahim Letaïef a pris la parole en soulignant les innovations et le déroulement de cette édition, suivi du bilan du forum des JCC 2020.

La cérémonie de clôture ne pouvait pas finir sans un hommage aux figures du cinéma qui nous ont quittés. Slim Darguechi, directeur général du Centre national du cinéma de l’image, est revenu sur l’engagement du Cnci dans l’entretien de la culture cinématographique.

La performance de Raoudha Abdallah a conquis le public et Ridha Behi est revenu dans un mot au public sur la résistance des JCC dans un contexte aussi particulier. La cérémonie a été rehaussée par la projection du court métrage de Khedija Lemkacher Bolbol.

Charger plus d'articles
Charger plus par Haithem Haouel
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire