Lui est tombé dedans quand il était petit, Emna pas. Lui en a fait son parcours de formation professionnelle, Emna pas. Mais tous deux en ont fait un choix de vie et de carrière. Et il faut avouer qu’un chemin pavé de roses est un bien souriant projet d’avenir  pour un jeune couple.

Selim  Amin est né d’une tradition d’horticulteurs qui, depuis trois générations, de père en fils, avaient fait de la rose leur destin. Un destin auquel il ne pouvait ni ne voulait échapper. Aussitôt son Bac en poche, le jeune homme partit par- delà les mers, s’initier à la science et aux mystères de la culture des fleurs.

Emna, quant à elle, avait suivi un parcours plus pragmatique, apprenant à déceler les courants et les tendances,  à jongler avec les programmes, les  organisations et les projections. Ils étaient faits pour se compléter et se mettre au service de la reine des fleurs.

Sous le signe de la rose — la leur est entièrement tunisienne, et tient la dragée haute aux prétentieuses venues d’ailleurs — ,  le jeune couple s’installe à La Marsa, à quelques minutes à vol d’oiseau de Sidi Bou Saïd, le village natal de Selim. A l’entrée de la ville, sous le joli label de Prima Rosa, se déploient leurs somptueux étals de fleurs fraîches. Parce qu’ils sont jeunes et dans l’air du temps, Selim et Emna  utilisent les nouveaux moyens de communication : Interflora, multinationale de vente de fleurs online, et Primarsa qui propose leurs produits en Tunisie et à l’étranger. Parce qu’ils ont le sens de la tradition, ils vous confient les recettes de grand- mères : trois gouttes de javel et un sucre permettent d’offrir longévité et fraîcheur aux roses. Parce qu’ils sont romantiques, ils traduisent pour vous le langage des roses : « une rose : coup de foudre. Douze roses : veux-tu m’épouser ? Vingt-quatre roses : je pense à toi. Trente-six roses : je t’aime follement. Cent-une roses : je t’aime à l’infini».

Et parce que la rose est généreuse, et qu’eux sont impliqués dans leur environnement social, on les a vus récemment débarquer une pleine cargaison de bouquets à offrir au personnel médical de l’hôpital Abderrahmen-Mami. Cette jolie action solidaire contre le Covid-19 avait un délicat parfum de soutien et d’encouragement pour un personnel médical que l’on ne remercie pas toujours à la hauteur de ses sacrifices. Selim et Emna ont su le faire dans le joli langage des fleurs.

Charger plus d'articles
Charger plus par Alya HAMZA
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire