Etant un habitant de la «rive gauche»  du boulevard du 20-Mars  du Bardo, j’étais surpris par une coupure d’eau le dimanche 27 décembre 2020  à l’aube. Prenant mon mal en patience et étant habitué à ces fréquentes coupures depuis belle lurette, vu que le réseau d’eau potable de cette zone d’habitation (rue des Pins, impasse du militant ….) est plus que centenaire (Eh oui, il date de plus d’un siècle !),  j’ai téléphoné  à la permanence de la Sonede et on m’a informé qu’on allait faire le nécessaire rapidement. Faisant contre mauvaise fortune bon cœur, je me suis rendu chez l’épicier du quartier pour m’approvisionner en eau minérale (pour les besoins qu’il est inutile de citer), en attendant que les agents de ladite société fassent le nécessaire pour le rétablissement du fameux liquide.

Sans revenir sur les désagréments inutiles causés aux familles de tout un quartier (au moins 200 familles), il est probablement utile de rappeler aux responsables de ladite société que le réseau d’eau potable de cette zone d’habitation est à changer sans délais.Pour revenir à la coupure de ce jour-là et jusqu’au milieu de l’après-midi, la panne n’était pas encore réparée et j’ai encore dû téléphoner une seconde fois à l’agent de permanence qui m’a répondu (tenez-vous bien) qu’il cherchait encore l’emplacement de la rupture de la canalisation !

Faut-il plus de 12 heures pour localiser une rupture au niveau de la canalisation d’eau potable? Finalement, l’eau potable a été rétablie lundi 28 décembre 2020 aux alentours d’1h00 du matin et j’ai finalement pu prendre mon bain.

A bon entendeur peu de paroles…

Firas BEN ATTIA
Ingénieur général, habitant du Bardo

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire