« Les perturbations que connaît le calendrier ont des répercussions néfastes sur la préparation des joueurs et la gestion du groupe à tous les points de vue. Elles sont sujettes à des tensions pour l’administration des clubs qui ne participent pas aux compétitions africaines et arabes. Toutes les programmations s’en retrouvent chambardées surtout à l’approche de la fin de la saison .
Après avoir disputé un match par semaine durant un cycle, les équipes qui jouent pour le maintien autant que pour la consécration se retrouvent contraints à jouer deux à trois matches par semaine! Or, nous ne sommes pas encore prêts à tenir pareille cadence, entre déplacements, mises au vert, stages bloqués, primes à débloquer…Il faut avoir les reins solides pour y parvenir alors que nos clubs croulent sous les dettes !
Conséquences tantôt, la tendance actuelle est au chantage de plusieurs joueurs qui menacent de ne plus jouer si les primes ne sont pas servies en temps voulu !

«Elaborer un agenda sur mesure »
« Maintenant, outre les problèmes conjoncturels que connaît l’intendance d’un club de Ligue 1, le chambardement du calendrier a aussi influé négativement sur le rendement des joueurs et des entraîneurs. Habitués à préparer leurs joueurs pour un match par semaine, nos structures techniques se retrouvent confrontées à des soucis de gestion de groupe en cas d’accélération du rythme des matchs. Résultats des courses, l’infirmerie ne désemplit pas, et donc, les alternatives sur le banc ne sont pas au rendez-vous le jour « J ». Par ailleurs, vu que la CAF a inversé le calendrier des compétitions continentales, de telle sorte qu’elles se terminent dorénavant entre fin mai et début juin, la FTF doit maintenant élaborer un agenda sur mesure pour nos clubs.
Un calendrier qui prend en compte toutes les données exogènes et endogènes »

Salah KADRI

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Dossier du Lundi

Laisser un commentaire