Un front commun est en train de se constituer contre le maintien de Abdessalem Younsi à la tête de la citadelle clubiste. 

Winners, Leaders, Dodgers, North Vandals, Curva Nord, Ligue clubiste, Webvirage et maintenant le Mouvement Socios clubistes exigent le départ immédiat du président du CA. Le Mouvement Socios clubistes est même passé à la vitesse supérieure, en énumérant dans un communiqué tous  les dépassements commis par le président du CA, et ce, sans omettre de mentionner que des correspondances en ce sens ont été envoyées à la présidence du gouvernement, à la Fifa et à la CAF. Selon le mouvement en question, le président du CA est le premier responsable des licenciements abusifs de joueurs et de différents staffs techniques. En outre, Younsi est non seulement à l’origine du non-respect des engagements contractuels liant le CA à ses joueurs et ses entraîneurs, causant un nombre important et sans précédent de sanctions à l’encontre du club, mais encore, il n’a présenté aucun rapport financier et moral depuis sa nomination en 2018. Dans cette  ligne droite, aucune AG évaluative n’a été tenue depuis son intronisation. Les Socios vont même plus loin, incriminant Younsi sur sa gestion globale, avec des soupçons de corruption qui pèsent sur son bureau, notamment en relation avec les contrats de sponsoring.

Par conséquent, le Mouvement Socios estime que le bureau directeur  n’a plus aucune légitimité, qui plus est, depuis la démission de neuf de ses membres en juin dernier et la décision du tribunal de valider la dissolution dudit bureau le 10 septembre 2020.

Ingérence, interférence et interactions

Volets interférences et interactions, le communiqué des Socios indique que le bureau directeur  a, non seulement mandaté la FTF pour organiser les élections du CA., mais aussi que l’unique liste candidate a été rejetée pour le motif de non-détention du candidat d’un diplôme du baccalauréat. Deux poids, deux mesures dans ces conditions, sachant que Younsi n’a jusque-là pas apporté d’éléments de preuve en ce qui concerne l’obtention du baccalauréat.

Au final, à ce sujet, le processus électoral a été brusquement interrompu, en dépit d’un jugement en référé du Tribunal de première instance de Tunis, en date du 7 septembre 2020 qui presse la FTF à reprendre le processus. Sauf que l’instance qui veille sur notre sport-roi refuse toujours l’exécution de cette décision. On y reviendra, car en l’état, sachant que le bureau clubiste est sur la brèche, toute « manipulation de sa part qui va à l’encontre des intérêts du CA ne passera pas inaperçue».

Départ conditionné

Pour sa part, en réaction à ce « soulèvement » des fans, le président du Club Africain a, quant à lui, indiqué qu’il ne serait pas question de céder et de confier la gestion du CA à un comité provisoire, précisant cependant que  son départ est conditionné par le paiement des dettes clubistes.

Il faut comprendre par là que tout candidat à la présidence devra de prime abord s’acquitter d’un montant de l’ordre de 29.5 millions de dinars avant de lui succéder. Quel cadeau empoisonné !

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire