Par Firas BEN ATTIA* 

A la fois nécessaire et bénéfique pour chacun et pour tous, le contrôle technique des véhicules est d’autant plus important qu’il constitue une garantie pour tous les usagers de la route, toutes catégories confondues. Pour cela, il est utile  de rappeler la périodicité de la visite technique et d’énumérer en détail tous les points sur lesquels porte cette opération de contrôle.

1/ La périodicité 

Les voitures particulières, les motocycles et les tricycles et quadricycles à moteur doivent faire l’objet d’une visite technique quatre ans après la date de leur première mise en circulation puis une fois par deux ans.

Apres dix ans de circulation du véhicule, la visite technique devient annuelle.

Les véhicules utilitaires et les tracteurs routiers doivent effectuer une visite deux ans après la date de leur première mise en circulation puis chaque année.

Au bout de dix ans et toujours pour cette catégorie de véhicules, la périodicité devient six mois.

Pour ce qui est des voitures de taxi et des véhicules de transport public rural, ils doivent  faire l’objet d’une visite technique un an durant les trois premières années et par la suite une fois tous les six mois.

Pour les autocars et les autobus, les véhicules d’enseignement de la conduite et les véhicules de transport touristiques, la visite technique est annuelle pendant les trois premières années. Elle devient par la suite semestrielle.

Les véhicules destinés à la location doivent être présentés au contrôle technique à la fin de la première année et par la suite chaque semestre.

Les tracteurs agricoles et leurs remorques utilisés habituellement dans une activité agricole doivent faire l’objet d’une visite trois ans après la date de leur première mise en circulation et par la suite tous les deux ans. Au-delà de dix ans, la périodicité sera d’une  année.

2/ Le contrôle technique

Pour ce qui est de l’opération de contrôle proprement dite, elle s’effectue dans l’un des centres de visite technique des véhicules au choix du propriétaire.

-Identification du véhicule 

Cette opération consiste à identifier le véhicule, à vérifier la plaque du constructeur et la plaque d’immatriculation ainsi que la conformité des données existant sur le certificat d’immatriculation (carte grise).

-Feux et pollution 

Vérification des feux de route et de croisement, des feux de position avant et arrière et ceux de direction. Cela consiste aussi en la vérification de l’éclairage de la plaque d’immatriculation, du feu de gabarit et des autres feux s’ils existent.

A l’aide d’un appareil de mesure de la fumée (opacimétrie ou analyseur de gaz), on procède à la mesure du degré de pollution de la fumée dégagée par le véhicule (selon que l’énergie utilisée soit  essence ou gasoil).

-Châssis et suspension 

Cette tâche vise la vérification de la fixation du châssis pour détecter une éventuelle corrosion, une déformation ou une fissure. Le technicien procède aussi à la vérification du réservoir de la canalisation du carburant ainsi que du circuit d’échappement et du pare-chocs.

A l’aide du banc de suspension, on vérifie l’état des amortisseurs et les rotules de suspension ainsi que celui du triangle et du bras y afférent.

-La carrosserie

Cette opération consiste à détecter une éventuelle mauvaise fixation, un mauvais  état ou une corrosion excessive des portes, du capot, des sièges, de la ceinture de sécurité, des rétroviseurs extérieurs, des rétroviseurs intérieurs, du pare-brise, des glaces ou de l’essuie-glace.

-Avertisseur sonore et bruit

S’assurer du bon fonctionnement de l’avertisseur sonore et détecter un niveau de bruit anormal.

-Roues et direction

Vérification du volant de direction, de la colonne de direction et de l’arbre, du mécanisme de direction, de la rotule de direction, de la crémaillère, du silentbloc, du roulement, des roues et des pneus, et ce, pour détecter une éventuelle mauvaise fixation, un jeu ou un mauvais état.

-Mécanisme

Vérification de l’état de l’hydraulique de freinage, de la boîte de vitesse et de l’arbre de transmission.

-Mesures de la suspension et des freins

A l’aide d’appareils appropriés, le technicien procède à la vérification  de l’efficacité de la suspension et du frein  de service ainsi que celle du frein à main. Il vérifie également le ripage pour s’assurer que le véhicule tient bien la route.

-Equipements spéciaux et marques distinctives 

Pour les engins particuliers, le technicien procède à la vérification des marques distinctives, de l’issue de secours, du dispositif  de sécurité pour pont cabine basculante ainsi que des attaches remorque et semi remorque.

Pour finir, il est utile de rappeler que l’obtention du certificat de la visite technique ne dispense pas le propriétaire du véhicule de procéder à l’entretien  périodique de son véhicule, et ce, dans le but de le maintenir en bon état de marche non seulement pour son bien mais pour le bien-être, et surtout, la sécurité de tous. A noter aussi que les centres de visite technique au nombre de 29 sont répartis sur tout le territoire du pays.

*Ingénieur général en transport

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Société

Un commentaire

  1. Abidi

    10/01/2021 à 16:15

    Et si on arrêtaient la corruption on ne sera plus tunisiens, dites ce que vous voulez mais au fond de vous vous savez que tout le pays est corrompu et celui qui ne l’est pas sera automatiquement éliminer de la chaîne

    Répondre

Laisser un commentaire