Le CSS inflige au leader sa première défaite et se rapproche. L’ASS, lui, finira par porter l’estocade finale au moment opportun et enfonce la JSK.
Le CAB gagne en déplacement.


Cinq rencontres, dont trois derbies, un classico et un match couperet se sont déroulés hier. Le CSS et l’ASS, ainsi que le CAB peuvent être considérés les grands bénéficiaires de cette journée riche en événements. Pour l’explication entre la JSK et l’ASS, en avant-propos du duel d’hier, il s’agissait assurément du challenge de la dernière chance pour les Aghlabides, et celui de la relance pour les Cap-bonais. Même si la saison n’en n’est pas encore à sa phase retour, la JSK a antérieurement brûlé tous ses jokers. Et même s’il lui reste un match en moins à disputer face au tenant «Sang et Or», les Kairouanais ne pouvaient plus se permettre d’être distancés au classement, fermant la marche jusque-là. A son tour, depuis quelques rondes,  l’ASS marque le pas après un début de saison plus que prometteur. Le dernier revers face au ST a ainsi laissé des traces. Et l’équipe de Sami Gafsi devait donc réagir au plus vite, et surtout se refaire une santé. Le tableau ainsi brossé ne laissait donc planer aucun doute sur les ambitions des uns et des autres. Et ce sera la JSK qui annoncera la couleur après un pressing porteur. Aymen Mahmoud, buteur contre son camp à la 24’, permettra à la JSK de mener au score. Après la pause, la JSK fera le break par Amri mais Soliman reste en vie et garde espoir. 70’, Arfaoui réduit la marque et sonne la charge ! L’ASS joue la montre et y croit dur comme fer. Saber Hammami, bourreau de la JSK, signe un doublé à deux minutes d’intervalle ! La JSK ne s’y attendait pas !  Passons aux derbies de cette 8e ronde de D1. Un premier qui s’est déroulé au Sud. Un second au Sahel et un troisième plus  au Nord. Entre frères ennemis ou ennemis intimes, il s’agissait d’en découdre entre adversaires aux fortunes diverses (jusque-là) et aux premiers bilans  diamétralement opposés. Commençons par l’empoignade entre l’USBG et l’UST. A l’épreuve du déplacement du côté de Tataouine, l’US Ben Guerdane savait pertinemment qu’un coup d’éclat face aux hommes de Skander Kasri lui permettrait de bondir au classement et d’accrocher le prestigieux statut de dauphin du leader. Tenus en échec par l’ASR il y a quelques jours, le Onze de Hassène Gabsi a vite fait de se remettre en selle en venant à bout du CSS. Et puis, quand on sait que l’USBG a aussi malmené le CA lors de l’explication de la 5e journée, l’on ne pouvait donc que miser sur l’audace payante d’une équipe qui évolue et progresse au fil du temps. Quid de l’UST ? Jusque-là, Tataouine a soufflé le chaud et le froid. Inconstante mais dotée de valeurs sûres et d’un fond de jeu qui l’honore, l’escouade de Skander Kasri ne pouvait qu’aborder son duel avec l’USBG dans de bonnes conditions, sachant  que, récemment, elle a tenu la dragée haute à l’ESS et a disposé du CAB. Maintenant, contre l’USBG, ce fut une toute autre histoire, un tout autre match, un derby, un match qui s’achèvera sur un nul vierge.

L’ASR plonge l’USM dans les abimes

Au Sahel, l’AS Rejiche a quant à elle croisé le fer avec les gars du Ribat. Après une entame de saison sur les chapeaux de roue, l’ASR, néo-promu, a ensuite enchaîné contre le CA et la JSK, puis a accusé le coup, rongeant quelque peu son frein. Battu par l’EST et accroché par l’USBG, l’Avenir Sportif de Rejiche voulait coûte que coûte se relancer en se mesurant aux Bleus de l’USM, un adversaire qui revient de loin après un début de compétition poussif. L’on attendait donc impatiemment le duel à distance entre Said Saibi et Lassaad Jarda. Et n’oublions pas au passage que l’USM compte un match en moins à disputer contre le ST au Bardo. Chapitre déroulé du match, l’ASR attendra la 44’ pour toucher au but. Malek Boulaabi transformera le penalty décrété. On en restera la pour ce match où les Bleus ont de nouveau «baissé pavillon».

Le CAB fait de la résistance !

Le grand format du nord entre l’OB et le CAB s’annonçait donc sous les meilleurs auspices. D’un côté, des Béjaois compétitifs et surtout endurants. Et de l’autre, un CAB certes sur la sellette mais doté de joueurs capables de porter les espoirs cabistes. Il faut dire qu’en l’état, depuis le retour d’Arbi Zouaoui aux affaires techniques, l’équipe Cabiste se porte mieux mais peinait toutefois à marquer des points. L’ensemble du CAB semble toutefois avoir retenu les leçons de ses errements passés. A Béja, le CAB prendra l’avantage  par Nader Jerbi, cueillant à froid l’OB à la 3’ de jeu. Par la suite, les assauts de Sanad Khenissi, Naim Malthlouhi et autre Jacques Bessan ne permettront pas aux Cigognes de revenir dans le match. On en restera  là pour la mi-temps. De retour des vestiaires, le CAB se bat bec et ongles. Il tiendra un résultat et un succès fort précieux.

Enfin, entre le Onze à Mouine Châabani et l’équipe d’Anis Boujelbane, au stade Taib Mhiri, seule la victoire était envisagée de part et d’autre. Un CSS touché après son élimination en C1 et son revers à Ben Guerdane, se devait de sortir la tête de l’eau et renouer avec la victoire. Quant aux «Sang et Or», le mot d’ordre était de maintenir le cap. Volet faits saillants du match, le CSS fera la différence par Walid Karoui vers la demi-heure de jeu suite à un raté  de Hamdi Naguez. Le match est désormais lancé. Vers le dernier quart temps, le CSS accélère et double la mise par Kingsley Eduwo. Les Sfaxiens sont en roue libre, et au passage Abdelkader Badrane écopera d’un carton rouge. L’Espérance est tombée. Le CSS est de retour. Notons au final que le CSS compte deux matchs en moins à jouer contre l’OB et l’ESS, alors que l’EST se déplacera à Kairouan pour la mise à jour de la  6e journée.

Charger plus d'articles
Charger plus par Khaled KHOUINI
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire