Il a suffi d’un but pour que la machine sfaxienne tourne de nouveau… à plein régime…

Stade Taïeb Mhiri. CSS bat EST : 2-0. (1-0 à la mi-temps). Buts de Walid Karoui (36’) et Kingsley Eduwo (79’). Arbitrage d’Amine Loussif. 

CSS : Dahmen, Ben Ali (Trabelsi 90’+1), Zammouri, Chraitia, Ghram (Ammar 15’), Karoui, Sokari (Hammami 63’), Moncer (Amri 63’), Habbassi, Soula et Eduwo (Evona 90’+1).

EST : Ben Chérifia, Nagguez (Tougai 89’), Ben Hmida, Badrane, Yaakoubi, Coulibaly (Mimouni 66’), Chaalali, Ben Romdhane, Meziane (Cedrik 89’), Marzouki (Khénissi 66’) et El Houni. 

Expulsion : Abdelkader Badrane (84’) à cause d’une faute commise sur Achref Habbassi.

Leaders du championnat et vainqueurs du précédent classico contre l’ESS, les «Sang et Or» se sont déplacés hier à Sfax avec pour but de confirmer leur suprématie sur la compétition locale. De leur côté, les Sfaxiens, qui restent sur une élimination en Ligue des champions suivie d’une défaite en championnat en déplacement à Ben Guerdane, aspiraient sans doute de faire un résultat positif au classico afin de rebondir. Et comme la pression du résultat pesait, les deux protagonistes ont mis du temps avant d’entrer progressivement dans le match. Jeu concentré dans le milieu de terrain et quelques tentatives timides ont ponctué les débuts de la rencontre à l’image du tir de Habbassi légèrement à côté des filets de Ben Chérifia (21’) ou encore le centrage de la droite de Nagguez trop long pour être capté par El Houni (22’).

Bref, la pression accablait les jambes, bien que les «Sang et Or» se soient montrés plus entreprenants. Toutefois, ce sont les locaux qui allaient créer la surprise : suite à un centrage de la droite de Soula, Karoui profita d’un mauvais contrôle de la balle par Nagguez pour s’en emparer et, d’une pichenette, la loge dans les filets de Ben Chérifia (36’).

La machine dégrippée…

Cette ouverture du score donna des ailes aux locaux qui allaient se montrer plus dangereux, notamment Mohamed Soula dont le tir puissant est dégagé par Ben Chérifia avant que Badrane n’éloigne définitivement le danger (42’). Le portier «sang et or» n’a pas été épargné même dans l’ultime minute de la première mi-temps : auteur d’une jolie parade, il a effacé un but tout fait suite à un tir puissant et cadré d’Eduwo (45’).

Il a suffi donc d’un but pour que la machine sfaxienne soit dégrippée. La machine locale a même tourné à plein régime. En témoignent les débuts forts de la deuxième période de jeu. On jouait la 46’ lorsque Ben Chérifia dégagea dans un premier temps un tir de Moncer avant que la balle ne rebondisse devant Eduwo mais Nagguez, plus rapide, éloigna définitivement le danger. Cette grosse occasion qui marqua l’entame de la deuxième mi-temps en dira long sur ce qui suivra. Alors qu’Anis Boujelbène opérait des changements dans la perspective d’asseoir davantage sa maîtrise du jeu, Mouine Chaâbani jouait le tout pour le tout en incorporant Khénissi et Mimouni. Sauf que le but de Karoui semblait complètement déstabiliser les attaquants espérantistes, notamment Hamdou El Houni, méconnaissable à l’image de son tir mou intercepté sans quelconque difficulté par Dahmen (56’).   

De leur côté, les attaquants sfaxiens n’ont pas fini de jouer avec les nerfs des défenseurs espérantistes. Moëz Ben Chérifia et ses défenseurs étaient constamment en danger. Les hommes de Boujelbene vont même confirmer leur domination en doublant la mise à la fin de la rencontre : suite à un centrage de la gauche de Amri, Eduwo reprit la balle pour la loger dans les filets d’un Ben Chérifia impuissant (79’). Les défenseurs espérantistes se sentaient si dépassés au point que Badrane faucha Habbassi, ce qui a causé son expulsion à la 84’.

Les quatre minutes du temps additionnel ne changèrent rien à la donne. L’EST a concédé une défaite cuisante après de longs mois d’invincibilité. Les Sfaxiens, eux, se sont complètement métamorphosés.

Charger plus d'articles
Charger plus par Walid NALOUTI
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire